NOUVELLES
12/02/2013 04:06 EST | Actualisé 14/04/2013 05:12 EDT

Dette jamaïcaine: le FMI refuse un nouveau prêt sans davantage d'efforts

Après que le FMI a refusé mardi d'octroyer un nouveau prêt à la Jamaïque sans engagement de sa part à réduire "significativement" sa dette faramineuse, l'agence d'évaluation financière Standard and Poor's (SP) a annoncé avoir placé le pays en "défaut partiel".

L'agence SP a abaissé la dette jamaïcaine, jusque-là notée "B-", en "défaut partiel" pendant toute la durée d'une opération de restructuration de sa dette, annoncée lundi par les autorités, qu'elle a jugée "désespérée plutôt qu'opportune", selon un communiqué.

Le FMI avait lui "salué" cette annonce d'une opération de restructuration de sa dette par un échange de titres, visant à faire baisser les intérêts payés par l'Etat, et avait dit attendre à présent d'en connaître le résultat.

Mais Standard and Poor's a estimé que le nouveau plan d'aide discuté entre les autorités jamaïcaines et le FMI ne serait pas suffisant pour changer la situation du pays à moyen terme.

"Une amélioration durable (...) prendra plusieurs années selon nous, en raison des faiblesses économiques structurelles du pays", souligne l'agence.

Selon le gouvernement, la dette du pays dépasse actuellement 140% de son produit intérieur brut alors que la croissance reste atone.

"Il sera nécessaire de faire très largement baisser la dette par rapport à son niveau actuel", a souligné Jan Kees Martijn, le chef de la mission du FMI en Jamaïque, qui se trouve actuellement à Kingston pour négocier un nouveau prêt avec le gouvernement.

"L'objectif de réduction (de l'endettement) va nécessiter un important assainissement budgétaire ainsi que des mesures frontales pour alléger le fardeau de la dette étant donné l'ampleur de la tâche", a-t-il souligné.

Lundi, la Première ministre jamaïcaine Portia Simpson Miller a assuré que son plan d'échange de dettes était un "élément crucial" d'un possible accord avec le FMI, dont le premier prêt au pays a été accordé il y a 36 ans.

Mais l'agence de notation a souligné qu'un "fardeau de la dette (...) pèsera sur la notation une fois l'opération d'échange de dettes achevée", laissant entendre qu'elle pourrait alors abaisser durablement la note du pays.

Insatisfait de l'avancée des réformes, le FMI avait gelé les versements au pays dans le cadre du dernier plan d'aide de 1,27 milliard de dollars accordé en février 2010, ne débloquant que 838 millions de dollars jusqu'à son expiration en mai 2012.

La Jamaïque se débat avec des problèmes de dette publique depuis les années 1970.

jt/bdx/lor