NOUVELLES
12/02/2013 10:49 EST | Actualisé 14/04/2013 05:12 EDT

Armes: Obama invite le Congrès à adopter les textes de loi proposés

Le président Barack Obama a estimé mardi que les propositions de loi sur la réglementation des armes "méritaient d'être adoptées" par le Congrès, suscitant des applaudissements nourris dans l'assistance lors de son discours annuel sur l'état de l'Union.

"Chacune de ces propositions mérite d'être adoptée par le Congrès. Si vous voulez voter contre, c'est votre choix. Mais ces propositions méritent d'être adoptées", a-t-il insisté, en rappelant le traumatisme de la tuerie de Newtown (Connecticut, nord-est), le 14 décembre, quand 20 enfants de CP avaient été tués.

Depuis Newtown, "plus d'un millier d'anniversaires, de remise de diplômes, et de célébrations ont été endeuillées par les balles d'une arme", a souligné M. Obama.

Il a salué la mémoire de la jeune Hadiya Pendleton, une lycéenne tuée par balle à Chicago (Illinois, nord) quelques jours après avoir défilé à Washington pour son investiture le 21 janvier.

Les parents de la lycéenne figuraient parmi les invités qui assistaient au discours de M. Obama, aux côtés de plusieurs victimes de fusillades, conviés par des élus désireux de rappeler au pays que la question de la législation sur les armes ne doit pas retomber dans l'oubli.

Ancien élu de Chicago, ville qui connaît une recrudescence de la violence des gangs, M. Obama a fait du renforcement de la législation sur les armes à feu une priorité de son second mandat, malgré l'opposition sur ce sujet d'une bonne partie de la population et des républicains du Congrès.

Les victimes des armes "méritent une loi. Gabby Giffords mérite une loi. Les familles de Newtown méritent une loi. Les familles d'Aurora méritent une loi", a énuméré M. Obama, en référence aux fusillades meurtrières de Tucson (Arizona, sud-ouest) en janvier 2011 ou d'Aurora (Colorado, ouest), en juillet 2012.

"Je sais que ce n'est pas la première fois que le pays débat de la manière de réduire la violence par les armes. Mais aujourd'hui, c'est différent. Une majorité écrasante d'Américains -- des Américains qui croient au Deuxième amendement (qui garantit le droit d'avoir une arme, ndlr) -- se sont rassemblés autour une réforme de bon sens", a-t-il plaidé.

oh-are/mra