NOUVELLES
05/02/2013 06:21 EST | Actualisé 07/04/2013 05:12 EDT

Une force de l'ONU pourrait être déployée à long terme au Mali

BRUXELLES - Des responsables internationaux ont déclaré mardi qu'ils discutaient de la possibilité d'avoir recours à une force de l'ONU pour assurer la sécurité à long terme au Mali afin que la transition politique puisse se dérouler sans encombre.

Une telle décision devrait d'abord être approuvée par le Conseil de sécurité des Nations unies.

L'actuelle mission militaire au Mali, à laquelle contribuent plusieurs pays africains, pourrait être transformée en force de l'ONU, a déclaré Kadré Désiré Ouedraogo, président de la commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Il a souligné que la crise au Mali n'était pas seulement une question nationale ou régionale, mais une question de sécurité internationale.

M. Ouedraogo a félicité les forces internationales présentes au Mali et a indiqué que la CEDEAO attendait avec impatience «la libération de cette région» et le rétablissement de l'intégrité territoriale malienne.

Mais pour rétablir la sécurité et la paix à long terme dans la région, il faudra des «ressources considérables», et c'est pourquoi les pays de l'Union africaine et de la CEDEAO veulent que les Nations unies s'impliquent dans la suite des choses, a-t-il dit.

M. Ouedraogo a fait cette déclaration après une réunion de responsables internationaux à Bruxelles, qui ont discuté des meilleurs moyens de soutenir le Mali dans sa lutte contre les islamistes radicaux. La réunion, présidée par la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, comprenait des représentants de l'ONU, de l'Union africaine, de la CEDEAO, de la Banque mondiale et de dizaines de pays.