NOUVELLES
05/02/2013 09:10 EST | Actualisé 07/04/2013 05:12 EDT

Un violent séisme de magnitude 8.0 au large des îles Salomon provoque un tsunami‎ dans le Pacifique

Afficher iles salomon sur une carte plus grande

Le puissant séisme de magnitude 8 survenu mercredi 6 février au large des îles Salomon, dans le Pacifique, aurait fait au moins cinq morts, dont un enfant, et trois blessés, selon un premier bilan provisoire établi par l'hôpital local.

"Nous avons cinq morts et trois blessés. Une des personnes décédées est un enfant de sexe masculin, les autres sont trois femmes âgées et un homme âgé", a déclaré à l'AFP Chris Rogers, une infirmière du Lata Hospital situé sur les îles Santa Cruz (archipel des Salomon).

Un petit tsunami de 50 centimètres devrait arriver mercredi à partir de 7h30 (GMT) sur les côtes est du Japon, ont mis en garde les autorités nippones. "Sont concernées les côtes est allant de Hokkaido (nord) à l'île de Kyushu (sud) ainsi que l'ensemble du littoral d'Okinawa (sud)", a précisé un responsable de l'agence de météo japonaise. "Par précaution, n'approchez pas des côtes", a-t-il ajouté, même si la hauteur du raz de marée est estimée à 50 centimètres.

"L'information dont nous disposons est que des villages à l'ouest et au sud de Lata le long de la côte auraient été détruits, même si nous ne pouvons pas encore le confirmer", a déclaré à l'AFP le directeur de l'hôpital de Lata, sur l'île principale de l'archipel des Santa Cruz, Ndende.

L'alerte au tsunami concerne les Salomon, le Vanuatu, Nauru, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Tuvalu, la Nouvelle-Calédonie, Kosrae, les Fidji, Kiribati, ainsi que Wallis et Futuna.

Une veille au tsunami a par ailleurs été déclenchée pour Hawaii, a indiqué l'Institut du Pacifique. La Nouvelle-Zélande était également en mode de surveillance tandis que les autorités australiennes ont fait savoir que l'île n'était pas exposée.

Le tremblement de terre s'est produit à 01H12 GMT entre les îles Salomon et le Vanuatu, au nord-est de l'Australie, près des îles Santa Cruz frappées par une série de fortes secousses ces derniers jours.

Des témoins ont toutefois indiqué ne pas l'avoir ressenti dans la capitale Honiara, à environ 580 km de l'épicentre.

"Les mesures de niveau des mers indiquent qu'un tsunami a été généré", a indiqué le Centre d'alerte aux tsunamis du pacifique, basé à Hawaii.

"Il pourrait avoir causé des destructions le long des côtes près de l'épicentre du séisme et pourrait aussi représenter une menace pour des régions côtières plus distantes", a-t-il précisé.

L'hypocentre du séisme a été localisé à une profondeur de 5,8 km, à une soixantaine de km de l'île de Lata, selon l'USGS. Une réplique de 6,4 a été enregistrée.

Selon un responsable de l'Agence de gestion des catastrophes naturelles des Salomon, les inquiétudes portaient sur la province de Temotu (est).

"C'est la province qui sera la plus durement touchée si (le séisme) s'avérait destructeur", a dit ce responsable sous couvert de l'anonymat. "Ils ont ressenti le séisme", a-t-il souligné, ajoutant que selon les premières informations dont il disposait, un tsunami avait été rapporté par les habitants de la région, sans plus de détails.

La "ceinture de feu du Pacifique", zone à fort risque sismique

La "ceinture de feu du Pacifique", où s'est produit mercredi un tremblement de terre d'une magnitude de 8 au large des îles Salomon, est une des zones du monde où séismes et éruptions volcaniques sont les plus fréquents.

Cette ceinture de feu, qui borde le plus vaste océan de la planète, concentre certaines des plus importantes zones de subduction du monde: des plaques de croûte terrestre s'y enfoncent à grande vitesse géologique (plusieurs centimètres par an) sous d'autres plaques, accumulant d'énormes tensions qui doivent un jour se libérer.

Sur 500 volcans actifs dans le monde, quelque 90% se situent sur cette zone. Mais si la "ceinture de feu du Pacifique" est le théâtre de séismes très nombreux, beaucoup passent quasiment inaperçus, se produisant dans des endroits très peu peuplés.

La plaque Pacifique fait partie de la douzaine de plaques tectoniques qui forment la lithosphère, c'est-à-dire la couche externe, rigide, du globe terrestre. Ces plaques flottent et se déplacent sur la partie ductile, déformable, du manteau terrestre, l'asthénosphère.

Il y a environ 85 millions d'années, il existait plusieurs plaques dans le Pacifique, mais elles ont peu à peu disparu sous les Amériques. La plaque Pacifique dérive d'environ 10 cm par an vers le nord-ouest.

Cette plaque est ponctuée d'îles volcaniques comme Hawaï, où se trouve le Kilauea, l'un des volcans les plus actifs au monde. Elle comporte également le point le plus bas du globe, dans la fosse des Mariannes, là où elle glisse sous la plaque des Philippines (fosse du Challenger à 11.033 m de profondeur).

Autour du Pacifique, les sismologues s'attendent depuis des dizaines d'années à des tremblements de terre dévastateurs dans ces zones de "lacunes sismiques": au Chili, en Alaska, en Californie (où menacent les célèbres failles de San Andreas), dans la région de Tokyo, en Nouvelle-Zélande ou au large de l'île indonésienne de Sumatra, au sud de l'épicentre de l'énorme séisme du 26 décembre 2004, qui avait provoqué un tsunami responsable d'environ 168.000 morts dans le nord de l'île de Sumatra.