NOUVELLES
05/02/2013 09:41 EST | Actualisé 07/04/2013 05:12 EDT

Peres: "Le danger" iranien menace l'"existence" d'Israël, "la paix du monde"

Le président israélien, Shimon Peres, a mis en garde mardi contre le "danger" d'un Iran nucléaire qui "menace notre existence et la paix du monde entier", lors de la séance inaugurale du nouveau Parlement.

"Le danger iranien a grandi. Il menace notre existence, l'indépendance des nations arabes et la paix du monde entier", a déclaré M. Peres devant les 120 députés élus le 22 janvier.

"A la tête de l'Iran se trouve un groupe d'ayatollahs dans leurs robes religieuses, une dictature terrifiante, souillant l'histoire perse et constituant un cauchemar pour son peuple", a-t-il ajouté.

Les grandes puissances soupçonnent l'Iran de vouloir se doter de la bombe atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément avec véhémence. Le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu, chargé de former le prochain gouvernement, a menacé ces derniers mois de recourir à une opération militaire contre les sites nucléaires iraniens.

S'exprimant lors de la cérémonie officielle d'ouverture de la 19e Knesset (Parlement), M. Peres a d'autre part appelé les Nations unies et la Ligue arabe à agir d'urgence pour mettre fin à la crise syrienne.

"L'Iran est un danger et la Syrie est une tragédie. Son président massacre son peuple. A mon avis, les Nations unies devraient charger la Ligue arabe de la formation immédiate d'un gouvernement de transition en Syrie pour la sauver de l'autodestruction. Assad, qui a massacré des dizaines de milliers de Syriens, a aussi massacré son propre futur", a-t-il ajouté.

Israël a revendiqué à demi-mot un raid aérien la semaine dernière en Syrie, s'attirant des menaces de Téhéran, principal allié de Damas.

Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a implicitement confirmé dimanche à Munich (Allemagne) ce raid près de Damas qui a visé des missiles sol-air SA-17 de fabrication russe, ainsi qu'un ensemble de bâtiments adjacents, soupçonnés d'abriter des armes chimiques, selon des sources militaires américaines.

Il a également réaffirmé qu'Israël ne permettrait pas que des armes soient transférées de Syrie au Hezbollah libanais.

scw-dms/agr/sst/feb