NOUVELLES
05/02/2013 05:27 EST | Actualisé 07/04/2013 05:12 EDT

Mondiaux-2013 - Super-G messieurs: Svindal, la stature du grand favori

Le colosse norvégien Aksel Lund Svindal, champion olympique de la discipline et intraitable depuis le début de la saison, fait figure d'immense favori du super-G des Championnats du monde de ski alpin, mercredi (10h00 GMT) à Schladming.

Trois fois premier, une fois deuxième: tel est le bilan exceptionnel du Nordique dans les quatre super-G disputés cette saison en Coupe du monde.

Ses secrets ? "Techniquement, il est très bien posé, se sert de sa masse et ne force jamais son ski qui va toujours dans la pente, tout le temps en glissement", indique le Français Adrien Théaux, un des outsideurs de l'épreuve.

"Le super-G, c'est pas mal de feeling, des sensations avec ses skis pour lire le tracé. Il faut aussi avoir la confiance pour tenter des choses. La reconnaissance est primordiale pour savoir où on va et surtout le virage qu'on peut faire, si on peut passer plus intérieur, plus extérieur", ajoute Théaux.

Si le génial Américain Bode Miller, qui a pris une année sabbatique, expédiait vite cette formalité, Svindal est un peu plus assidu dans l'étude de chaque porte.

Loin d'évoquer ses adversaires, Svindal préfère parler de la météo, consubstantielle au ski alpin, après quelques jours d'entraînement en descente dans le Haut-Adige (nord-est de l'Italie) auprès de son entraîneur Franz Gamper, originaire de la région.

"Cela a été plutôt dur, avec beaucoup de vent. Et mercredi il pourrait y avoir de la neige et du brouillard. On n'en sait rien. C'est le charme de ce sport en plein air. Alors espérons que ce sera du soleil", a écrit Svindal sur son blog.

En super-G, seul l'Italien Matteo Marsaglia a devancé Svindal cette saison, à Beaver Creek (Etats-Unis) début décembre.

Et c'est toute la Squadra qui se dresse face au Viking. Avec notamment Christof Innerhofer, tenant du titre mondial et vainqueur de l'épreuve des finales en mars 2012 sur la piste Planaï de Schladming.

"Je ne ressens pas de pression. J'ai déjà gagné un titre", remarque le skieur du Haut-Adige, qui connaît un répit avec ses problèmes de dos.

"L'an dernier, la neige et le temps étaient différents, le tracé tournant, et j'avais un petit numéro", ajoute celui qui est devenu +Winnerhofer+ après ses trois médailles aux Mondiaux-2011.

Les trois autres Italiens, Peter Fill, Werner Heel, et le nouveau venu Siegmar Klotz, ne sont pas loin de leurs leaders.

Les Autrichiens, à domicile, rêvent de mettre leurs spatules dans les traces du grand Hermann Maier, 24 victoires dans la spécialité en Coupe du monde. Entre le jeune Matthias Mayer, deuxième à Kitzbühel, Hannes Reichelt, le plus attendu, l'attaquant Georg Streitberger et Romed Baumann, au toucher de neige exquis, la Wunderteam a aussi des armes anti-Svindal.

asc/gf/chc