NOUVELLES
05/02/2013 06:25 EST | Actualisé 07/04/2013 05:12 EDT

Mali: les forces internationales sécurisent Kidal, dernier bastion des rebelles

TOMBOUCTOU, Mali - Des soldats français et tchadiens sont arrivés à Kidal pour tenter de sécuriser cette ville stratégique du nord du Mali, a annoncé un responsable français mardi, tandis que les forces internationales poursuivent leurs efforts pour déloger les extrémistes islamistes de leur dernier grand bastion dans la région.

Environ 1800 soldats tchadiens sont déployés à Kidal, et un nombre non précisé de soldats français contrôle l'aéroport de la ville afin d'ouvrir la voie à l'arrivée de renforts militaires, a indiqué un responsable militaire français. Ce responsable a réclamé l'anonymat conformément aux politiques en vigueur dans l'armée française.

L'intervention militaire lancée par la France pour freiner l'avancée des islamistes vers le sud a commencé il y a plus de trois semaines dans le nord du Mali.

La semaine dernière, l'armée française a lancé une série de frappes aériennes contre des bases rebelles autour de Kidal et de Tessalit. Depuis jeudi, les avions de combat Mirage et Rafale ont réalisé 135 sorties et visé 25 lieux, principalement des dépôts de carburant et de matériel, selon le ministère français de la Défense.

La France a renforcé sa présence au sol au Mali et y comptait 4000 hommes mardi, d'après le ministère. Ces effectifs correspondent au nombre maximal de soldats français déployés en Afghanistan au plus fort de la présence militaire de la France dans ce pays, qui a duré 11 ans.

Les forces françaises ont pris le contrôle de l'aéroport de Kidal il y a un certain temps déjà, et on ne sait pas très bien pourquoi elles ne se sont pas déployées dans la ville aussi rapidement qu'elles l'ont fait à Gao et Tombouctou.

Les observateurs pensent que le rythme de l'avancée des troupes françaises est ralenti par le fait que les rebelles en fuite détiennent des otages occidentaux, dont huit Français. Leur sécurité pourrait être mise en péril par la progression des soldats français vers le lieu où plusieurs otages seraient détenus.

Les troupes françaises se concentrent sur le nord du Mali et se préparent à remettre le contrôle de Tombouctou aux forces africaines dès cette semaine.

Quelque 3800 soldats africains de divers pays sont déployés au Mali pour soutenir l'armée du pays, d'après le responsable français. Mais il est loin d'être certain que les forces africaines aient la capacité de prendre l'entière responsabilité de la lutte contre les jihadistes, qui pourraient attaquer la ville de nouveau à partir de leurs cachettes dans le désert.

Le porte-parole de l'armée malienne à Tombouctou, le capitaine Samba Coulibaly, a assuré que la population de la ville légendaire ne devait pas craindre le retrait des forces françaises.

«Avec la taille de la force que nous avons maintenant, nous sommes en mesure d'assurer la sécurité dans la ville de Tombouctou», a-t-il déclaré. «Le départ des soldats français ne nous effraie pas, puisque leur force aérienne sera encore présente à Tombouctou et Sévaré. Ils contrôlent toute la zone et peuvent intervenir en quelques minutes pour mener les frappes aériennes nécessaires», a-t-il ajouté.

Signe de retour à la normale, le bureau du maire de Tombouctou a annoncé qu'il rouvrirait mercredi, pour la première fois en dix mois.

Les responsables gouvernementaux s'attaqueront «en priorité aux besoins les plus importants», a indiqué le maire, Ousmane Hallé. «Cela comprend le ramassage des ordures et la délivrance de certificats de naissance pour les enfants nés depuis la prise de contrôle des islamistes.»

«La ville est sûre maintenant», a dit M. Hallé. «Il y a des patrouilles continues menées par des soldats français et maliens et nous n'avons plus de raisons de craindre une attaque des islamistes.»