NOUVELLES
05/02/2013 04:11 EST | Actualisé 07/04/2013 05:12 EDT

Les joueurs des Bruins sont heureux de renouer avec ceux du Tricolore (VIDÉO)

MONTRÉAL - Les joueurs des Bruins de Boston se sont ennuyés de la rivalité avec le Canadien de Montréal et sont heureux de se retrouver dans la métropole pour ce duel au sommet dans l'Est.

«Nous nous sommes ennuyés du hockey tout court, mais avec Montréal c'est spécial, a noté l'attaquant Patrice Bergeron après l'entraînement des siens, mardi, au Centre Bell.

«La rivalité avec le Canadien existe depuis très longtemps, en fait, depuis bien avant que tout le monde ici ne commence à jouer au hockey. Nous sommes fiers de cette rivalité. C'est bon pour le hockey et ce sont toujours des matchs très intenses. C'est plaisant de faire partie de ça.»

«Oui, on s'est ennuyé du Canadien, a renchéri Tyler Seguin. Ces matchs sont toujours amusants, surtout en raison de la rivalité. J'ai toujours dit que c'est un honneur de jouer dans cet édifice. Je compte de nouveau l'apprécier (mercredi).»

Les Bruins trônent au sommet de l'Association Est avec 13 points en vertu de leur fiche de 6-1-1. Même si plusieurs observateurs ne le voyaient pas là, c'est le Canadien qui les chauffe pour le premier rang. Sa fiche de 6-2-0 après huit rencontres lui confère 12 points, bons pour le quatrième rang, un début de saison qui ne surprend pas Bergeron.

«Je savais qu'avec les joueurs en place et ceux qu'ils ont ajoutés, ça allait être une bonne équipe, a expliqué l'athlète de 27 ans, qui compte cinq points (1-4) jusqu'ici. Ils ont un très bon début de saison et on sait que ça va être un gros match.»

«Nous savons qu'ils ont connu un bon départ, comme nous, a ajouté Seguin. Ce sera un match opposant deux bonnes équipes. C'est comme ça depuis quelques années, je ne m'attends à rien de différent pour cette rencontre.»

Une chose qui sera différente cependant, c'est le caractère de l'équipe que les Bruins affronteront. Les additions de Brandon Prust, Colby Armstrong, Francis Bouillon et de Michel Therrien derrière le banc ont donné un visage différent au Tricolore.

«Avec la rivalité qu'il y a, ce sont toujours des matchs physiques, a noté Seguin, auteur d'un but et trois aides cette saison. Je pense qu'avec les nouveaux gars au sein de leur formation, ça ne peut pas faire autrement.»

«Je pense que ç'a toujours été des matchs très intenses contre le Canadien et, cette année, ça ne va pas changer, a pour sa part analysé Bergeron. Ils ont une excellente équipe, qui joue très bien à la maison. Faudra être prêt de la première à la dernière minute.»

Des ennuis en avantage numérique

Malgré leur excellent début de campagne, tout n'est pas parfait pour les Bruins. Un aspect qui fait défaut jusqu'ici est l'avantage numérique. Les joueurs des Bruins n'ont marqué que trois buts en 30 occasions, pour un anémique taux d'efficacité de 10 pour cent.

Pour Bergeron, il n'y a pas de secret: l'équipe doit compléter ses jeux.

«Nous n'avons pas à trop forcer les choses. Nous avons beaucoup d'occasions, il suffit juste de marquer. Le désavantage numérique va très bien (94,1 pour cent), alors faut juste que l'avantage numérique se replace. Mais il ne faut pas se casser la tête plus que ça.»

«Pourtant, on bouge mieux la rondelle que lors des dernières années, estime quant à lui Seguin, dont l'unique but cette saison a été obtenu sur le jeu de puissance. Mais c'est une nouvelle unité, il nous reste à créer la chimie entre nous.»