NOUVELLES
05/02/2013 01:50 EST | Actualisé 07/04/2013 05:12 EDT

La dette de consommation des ménages canadiens ont augmenté

Getty Images
This illustration photo taken on December 22, 2012, in Paris, shows credit cards in a miniature toy shopping cart. AFP PHOTO / JOEL SAGET (Photo credit should read JOEL SAGET/AFP/Getty Images)

TORONTO - La dette des ménages canadiens au titre de la consommation à la fin de 2012 — sans compter les hypothèques — était de près de six pour cent supérieure à celle qu'ils traînaient un an plus tôt, selon un rapport rendu public mardi.

La société de gestion de l'information et des risques TransUnion affirme que le bond de 1525 $ constaté par rapport à la fin de 2011 est la plus importante augmentation enregistrée lors d'un quatrième trimestre, d'une année à l'autre, depuis 2008.

Dans son analyse trimestrielle, TransUnion estime que la dette moyenne des Canadiens totalisait 27 485 $ le 31 décembre pour des choses comme des prêts-autos et locations d'automobiles, cartes de crédit et lignes de crédit.

La Colombie-Britannique est la seule province à montrer une baisse, d'un peu moins d'un pour cent.

Les provinces ayant enregistré les hausses les plus importantes sont l'Alberta (11,2 pour cent), le Québec (9,4 pour cent) et l'île-du-Prince-Édouard (neuf pour cent).

La dette moyenne des Albertains était la plus élevée, à 37 777 $, soit près de 10 000 $ de plus que la moyenne nationale. Les résidants de la Colombie-Britannique n'étaient cependant pas très loin derrière, avec une dette moyenne de 37 244 $. Les Québécois devaient en moyenne 20 102 $.

Néanmoins, TransUnion a constaté que le niveau de comptes en souffrance demeurait peu élevé.

Selon les plus récents calculs de Statistique Canada, les ménages canadiens doivent en moyenne 165 pour cent de plus que leur revenu disponible annuel, ce qui veut dire que les dettes d'une famille moyenne comptant un revenu disponible annuel de 100 000 $ atteignent 165 000 $.

Le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, et le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, ont, à maintes reprises, prévenu les Canadiens que les taux d'intérêt finiraient par augmenter, ce qui fera grimper les coûts d'emprunt.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo L'économie canadienne en terrain miné Voyez les images