NOUVELLES
05/02/2013 06:29 EST | Actualisé 07/04/2013 05:12 EDT

Des employés de Bell lancent une offensive contre la délocalisation

Alamy

MONTRÉAL - Des employés de Bell Canada lancent mardi une offensive contre la délocalisation de leurs emplois.

Ces membres du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP-FTQ) entendent procéder à la distribution de dépliants aux abords des stations de métro Berri-UQAM, Jean-Talon et Square Victoria ainsi qu'à la Gare centrale, à Montréal.

Michel Ouimet, vice-président du SCEP, fait valoir que des milliers de postes n'ont pas été remplacés au fil des années chez Bell Canada. Il affirme que le déplacement des emplois vers l'étranger en est l'une des principales causes.

Le dirigeant syndical s'inquiète de la qualité des services fournis par cette entreprise qu'il qualifie de fleuron de l'économie canadienne.

Selon lui, seuls ses membres sont capables d'offrir un service de qualité et de proximité, mais il déplore qu'ils soient de moins en moins nombreux.

Le SCEP veut associer les citoyens à sa lutte. Notamment, il suggère aux clients d'insister pour parler à un travailleur syndiqué basé au Québec lors des communications avec les services de Bell.