NOUVELLES
05/02/2013 03:14 EST | Actualisé 06/04/2013 05:12 EDT

Ahmadinejad en Egypte, espère ouvrir la voie à une normalisation

Mahmoud Ahmadinejad s'est rendu mardi en Egypte pour la première visite d'un président iranien depuis 1979 en espérant que ce déplacement ouvrirait la voie à une reprise des relations irano-égyptiennes rompues depuis plus de 30 ans.

"Je vais essayer d'ouvrir la voie au développement de la coopération entre l'Iran et l'Egypte", a-t-il dit, cité par l'agence officielle Irna, avant de s'envoler pour Le Caire où il doit participer au sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI).

Cette visite, bien que s'inscrivant dans un cadre multilatéral, sera la première d'un président iranien en fonction depuis 1979. L'Iran avait alors rompu ses relations avec l'Egypte pour protester contre les accords de paix israélo-égyptiens signés par le président égyptien Anouar al-Sadate.

Les deux pays ne disposent depuis que de sections d'intérêts dans leurs capitales respectives.

Cette visite va "sans conteste influencer les liens bilatéraux", a estimé M. Ahmadinejad en ajoutant que "si Téhéran et Le Caire se voient plus souvent seul à seul sur les questions régionales et internationales, beaucoup d'équations vont changer".

L'Iran et l'Egypte s'opposent sur plusieurs dossiers régionaux notamment sur la crise syrienne, Téhéran soutenant le régime du président Bachar al-Assad et le Caire appelant à son départ.

M. Ahmadinejad a indiqué, sans donner de détails, qu'il rencontrerait au Caire "des responsables, des hommes politiques, les médias, des universitaires et des étudiants".

Depuis l'arrivée au pouvoir des islamistes en Egypte après la chute du régime de Hosni Moubarak sous la pression d'une révolte populaire en 2011, Téhéran a appelé à une normalisation avec Le Caire, mais le nouveau pouvoir égyptien s'est montré jusqu'à présent très prudent à ce sujet.

Selon une source égyptienne qui suit de près le dossier des relations égypto-iraniennes, ce voyage pourrait mener à d'autres réunions bilatérales, même s'il s'inscrit dans le cadre de l'OCI et n'est pas réellement considéré comme une visite en Egypte.

mod-cyj/lma/tp