BIEN-ÊTRE
04/02/2013 03:51 EST | Actualisé 05/02/2013 01:09 EST

«Cinquante nuances de Grey» fait grimper les ventes dans les boutiques érotiques

Alamy

Le phénomène Cinquante nuances de Grey laisse des traces. Sorti au Québec en octobre dernier, le premier tome de la trilogie littéraire signée E.L James a fait exploser les ventes de certains produits dans les boutiques érotiques de la province. Le deuxième volet, Cinquante nuances plus sombres, est paru en janvier, et on prédit que le lancement imminent du troisième et dernier titre, Cinquante nuances plus claires, à quelques jours de la Saint-Valentin, devrait provoquer une nouvelle ruée dans les magasins coquins.

«Chez nous, l’engouement pour Cinquante nuances… s’est vraiment répercuté dans les ventes», a confirmé Édith Arsenault, vice-présidente, Boutique Séduction et Boutique Romance. «C’est calculable. Surtout au niveau des articles dont il est question dans le livre, comme les boules chinoises ou les cordes de restriction. On a vu les ventes augmenter dans nos sections fétiches, où on trouve les menottes, les tapettes, les fouets, les masques pour les yeux…»

«Aussi, on remarque une différence chez le client», a poursuivi la femme d’affaires. «Habituellement, en boutique érotique, le client ne sait pas trop ce qu’il veut. Il faut vraiment le guider. Maintenant, les gens sont plus informés, plus ouverts d’esprit. Ils savent un peu plus vers quel département se diriger et ils sont ouverts à faire des découvertes.»

Le constat est impressionnant: aux dires d’Édith Arsenault, le rythme d’écoulement de certains objets, comme les boules chinoises, a triplé et même quintuplé, selon les mois depuis l’arrivée de Cinquante nuances de Grey sur nos rayonnages. Pour les non-initiés, le roman raconte l’histoire d’Anastasia Steele, une jeune ingénue, étudiante en littérature, qui tombe sous le charme du riche et tourmenté homme d’affaires Christian Grey. Une liaison passionnée se dessinera entre eux et Grey, un fin calculateur, adepte de pratiques sexuelles visant la domination et le masochisme, présentera d’une façon bien particulière les plaisirs charnels à son amante inexpérimentée. Vendu à quel que 65 millions d’exemplaires dans le monde, le bouquin, qui s’inscrit dans le mouvement de la mommy porn (porno pour mamans), a le mérite d’avoir fait tomber certains tabous dans l’imaginaire du grand public, pense Édith Arsenault.

«Souvent, les gens ont peur des menottes», a illustré cette dernière. «Mais plusieurs ne savent pas qu’on a des menottes en minou, qui ne blessent pas. C’est une question de jeu. En lisant le livre, les lecteurs se disent qu’ils peuvent eux aussi le faire, que c’est réel et accessible. On peut s’imaginer dans la peau de la fille ou de l’homme. Les clients savent maintenant plus ce qu’ils viennent chercher en magasin.»

Opération marketing

Au menu des tendances en matière de jouets sexuels en raison de son métier qui l’amène à voyager partout sur la planète, Édith Arsenault affirme que les succursales de Boutique Séduction et Boutique Romance, toutes basées dans la grande région métropolitaine, étaient prêtes à affronter le tsunami Cinquante nuances… lorsque celui-ci s’est annoncé, à l’automne.

«Quelques mois auparavant, les fournisseurs américains n’étaient même plus capables de nous fournir des boules chinoises, ils étaient back order. Dans notre industrie, c’est rare! Ça s’est tellement vendu aux États-Unis qu’on savait que le phénomène arriverait au Canada, puis au Québec. On était donc prêts. On avait entraîné nos employés en conséquence, on leur avait expliqué ce qu’était le livre. Plusieurs personnes en avaient déjà entendu parler.»

À l’extérieur de nos frontières, les aventures torrides d’Anastasia Steele et de Christian Grey ont même engendré une série d’accessoires dérivés, inspirée des objets utilisés dans le livre. La collection est principalement en vente en Europe et aux États-Unis, mais, pour des raisons qu’on ignore, son distributeur refuse de la proposer au Canada. Des fabricants de lingerie fine ont également conçu une gamme de dessous dans différents tons de gris, un clin d’œil au titre de la saga, mais aussi à la fameuse cravate portée par le héros masculin.

«Je me suis personnellement informée, mais il n’y a pas de distributeur canadien», a expliqué Édith Arsenault. «Par contre, il n’y a aucune difficulté à se procurer des boules chinoises et autres produits. Il y a aussi une compagnie américaine qui a lancé une gamme axée sur le même concept. C’est quelque chose de très raffiné, qui vise le couple, pas fétiche du tout et soft pour le consommateur. Le marketing est bien fait et c’est très imagé, comme Cinquante nuances de Grey

Bien sûr, les trois éditions de Cinquante nuances… sont disponibles chez Boutique Séduction et Boutique Romance et y ont déjà battu des records de ventes. Pour la Saint-Valentin, l’entreprise offrira aussi à sa clientèle féminine un nouvel éventail d’accessoires, une conception québécoise baptisée Adore You.

«C’est vraiment adapté pour la femme entre 18 et 40 ans, bon chic, bon genre», a précisé Édith Arsenault. «C’est un produit de qualité qui va durer longtemps.»

Voici quelques Canadiens qui nous font le même effet que Christian Grey!

Galerie photo Les Canadiens les plus sexy Voyez les images