DIVERTISSEMENT
02/02/2013 10:03 EST | Actualisé 04/04/2013 05:12 EDT

Coming out, la websérie : les homosexuels prennent enfin leur place (VIDÉO)

En constatant que les personnages homosexuels à la télé sont constamment mis au second plan et que les téléspectateurs sont rarement invités à découvrir leurs vies privées, l’acteur Mathieu Blanchard a décidé de renverser la tendance en écrivant, réalisant et produisant la websérie Coming out, qui débarquera sur le web en mars prochain. (Mise à jour: la websérie sera présentée à partir du 3 avril sur Sympatico et Kebweb.tv)

« En regardant la version américaine de Queer as Folk, où les personnages principaux sont tous gais, je me suis dit que la télé québécoise présentait encore beaucoup de clichés sur les homosexuels et qu’ils n’avaient jamais le premier rôle, explique Blanchard, un jeune acteur qu’on a pu voir dans Les Rescapés, 30 vies, Les hauts et les bas de Sophie Paquin et Vrak la vie. J’avais envie de montrer c’est quoi être gai en 2012 et banaliser ça dans la tête des gens. Par exemple, ce serait agréable que l’on arrête de nous définir selon notre orientation sexuelle. Moi, ce n’est pas ma job d’être gai. Je suis dix millions d’autres choses dans la vie. »

Si Queer as Folk a servi de bougie d’allumage dans sa tête, Blanchard précise que Coming out ne véhicule pas le même message. « Dans Queer as Folk, un des personnages disait "Ne faites pas confiance aux hétéros, ils nous détestent…". Moi, je n’ai jamais senti ça depuis que j’ai fait mon coming out. Je voulais montrer une vie simple, mais différente. Et j’avais aussi envie de ne pas me limiter au Village gai pour raconter chacune des histoires. On a beaucoup tourné sur le Plateau, dans le Mile-End et à Laval. »

Le jeune homme profite d’ailleurs de la série pour aborder la sortie du placard sous plusieurs angles. « Pour un des personnages, le coming out a très mal viré. Un autre voudrait être capable de le faire. Et le dernier l’a très bien vécu et on va voir ce que ça a provoqué dans sa vie. J’ai essayé de faire un survol de la communauté LGBT, mais sans tomber dans les clichés. Je suis allé dans ce que je connaissais le plus en créant plusieurs personnages gais, quelques lesbiennes et un rôle secondaire de transgenre. »

Ayant lui-même vécu son coming out au début de la vingtaine, Blanchard était conscient de la richesse émotive d’une telle expérience pour écrire un scénario. « Même si je ne me définis pas par ça, le fait d’accepter qui je suis m’a amené à accepter mes défauts et à mieux me connaître en tant qu’individu. Récemment, je suis allé à mes retrouvailles du secondaire et tout le monde me disait que je n’étais plus le même gars. Dans ce temps-là, je ne me connaissais pas, je n’étais pas assumé et je ne voulais pas me connaître. »

Ceux qui ont regardé Queer as Folk se rappellent sûrement de la quantité de scènes tournées dans les boîtes de nuit, les back room, les saunas et plus encore. « Il va y avoir des scènes osées, dont certaines dans un sauna et un party d’orgie. Quelques-unes seront assez graphiques, mais ce sera toujours justifié. On n’a pas voulu aller dans la surenchère. Ce sera peut-être choquant pour certains, mais d’autres vont trouver ça très naturel. »

Occupé à finaliser le montage des 13 épisodes de neuf minutes de la première saison de Coming out, Mathieu Blanchard croise les doigts pour que le succès soit au rendez-vous afin de démarrer le tournage de la suite.