Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Une ex-employée du CHUQ accusée de fraudes

Une ex-employée du Centre de recherche du CHUQ fait face à plusieurs accusations de fraudes. Anne-Barbara Forgues aurait soutiré un montant total de près de 120 000 $ au gouvernement du Québec et à l'Université Laval pour se procurer des produits de luxe.

La femme de 42 ans avait déjà été reconnue coupable pour des accusations de fraude dans le passé. En 2004, Anne-Barbara Forgues a été condamnée à six mois de prison pour avoir extorqué 200 000 dollars à son employeur de l'époque, une firme de génie-conseil de Québec. Ses antécédents judiciaires ne l'ont pas empêché de décrocher un emploi au Centre de recherche du CHUQ.

Selon nos informations, Anne-Barbara Forgues a floué le Centre de recherche du CHUQ pour un montant de 87 000 $ entre juillet 2010 et mars 2012. Elle fait face à une accusation de fraude envers le gouvernement du Québec et l'Université Laval. Une plainte a été déposée à la police en avril 2012, un mois après son départ du centre de recherche.

Pourtant dès octobre 2012, Anne-Barbara Forgues se trouve un autre emploi au Fonds de recherche du Québec qui relève du ministère du Développement économique. En moins de trois mois, elle aurait réussi à soutirer un montant de 27 000 dollars à son nouvel employeur.

La femme est aussi soupçonnée de fabrication de faux documents et de vol de cartes de crédit. Lors d'une perquisition menée à son domicile la semaine dernière, les policiers ont saisi une quantité impressionnante d'objets de luxe, notamment des bottes, des bracelets et des sacs à main griffés.

La direction du centre de recherche du CHUQ n'a pas réagi à son arrestation.

Anne-Barbara Forgues est actuellement détenue. Elle doit revenir en cour le 13 février prochain pour son enquête sur remise en liberté.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.