NOUVELLES
01/02/2013 05:08 EST | Actualisé 03/04/2013 05:12 EDT

Syrie: l'opposition critique le régime pour sa passivité face au raid israélien

BEYROUTH - L'opposition et les rebelles syriens ont sévèrement critiqué, vendredi, le régime du président Bachar el-Assad pour ne pas avoir répliqué à la frappe israélienne près de Damas, estimant qu'il s'agissait d'une preuve de sa faiblesse et de son consentement face à Israël.

La réaction de l'opposition laisse penser que ceux qui tentent de renverser le régime syrien pourraient être plus disposés à affronter Israël s'ils arrivent au pouvoir.

La frappe de mercredi, qui a visé un convoi d'armes antiaériennes destinées au Hezbollah, selon des responsables américains, a provoqué la colère de nombreux Syriens, qui craignent maintenant de devoir affronter une nouvelle menace.

«Bachar el-Assad ne s'est jamais levé contre Israël de toute sa vie», a déclaré Kamal Labwani, un dissident syrien bien connu membre du Conseil national syrien, qui rassemble plusieurs groupes voués au renversement du régime. «Tout ce qu'il a fait, c'est "se réserver le droit de répliquer", mais il n'a jamais répliqué contre qui que ce soit d'autre que le peuple syrien et l'Armée libre de Syrie.»

Le chef d'état-major syrien, le général Ali Abdullah Ayoud, a mis en garde vendredi ceux qui testent les capacités militaires de son pays.

La veille, l'ambassadeur de Syrie au Liban, Ali Abdul-Karim Ali, avait déclaré que le régime syrien avait «la possibilité et la capacité de surprendre par des représailles», mais qu'il revenait aux «autorités compétentes» de décider du lieu et du moment.

Ces commentaires illustrent les tensions grandissantes entre la Syrie et Israël.

Jusqu'à maintenant, le gouvernement israélien s'est retenu de toute action qui pourrait être interprétée comme une intervention dans la guerre civile syrienne. Mais la réponse du gouvernement syrien à la frappe de mercredi a été considérée comme passive, et la plupart des Syriens ne s'attendent pas à ce que leur armée mène des représailles.

«Je suis 100 pour cent sûr que le régime ne répliquera pas», a déclaré Mosab, un combattant rebelle, lors d'une entrevue téléphonique avec l'Associated Press. Le combattant, qui se trouve près de Damas, a refusé de donner son nom de famille et son emplacement précis pour des raisons de sécurité.

La coalition de l'opposition syrienne a critiqué le gouvernement pour ne pas avoir défendu le pays contre le raid israélien, affirmant que l'armée syrienne était trop occupée à bombarder les zones civiles en Syrie.

«Ce n'est pas la première fois que les avions de guerre israéliens violent la souveraineté syrienne au vu et au su de ceux qui sont censés la protéger», affirme la coalition dans un communiqué. «Les Israéliens se sont habitués aux condamnations et aux mots durs qui ne sont rien d'autre que des bulles médiatiques.»

La coalition a promis au peuple syrien qu'elle aurait recours à des méthodes politiques et diplomatiques pour faire cesser de telles attaques et qu'elle mettrait sur pied une «force dissuasive» pour empêcher de futurs raids israéliens.

PLUS:pc