NOUVELLES
01/02/2013 03:40 EST | Actualisé 02/04/2013 05:12 EDT

Pour ses 40 ans, le festival de la bande dessinée d'Angoulême se renouvèle

Jusqu'à dimanche, le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, qui a 40 ans cette année, accueillera quelques-uns des plus grands noms du neuvième art dans le monde. Grande nouveauté, le Grand Prix du festival est désormais soumis au vote des auteurs.

Il s'agit d'une première pour le plus grand événement de BD francophone du monde, qui attire chaque année près de 200 000 visiteurs. Un comité de 16 auteurs a été formé et sera chargé de couronner un créateur le 3 février.

« Ces 16 noms ont été choisis en concertation avec l'Académie des Grands Prix, seule à voter auparavant. C'est une ouverture démocratique », explique Franck Bondoux, délégué général du festival.

Pour souligner ses 40 ans, le festival honorera plusieurs grands noms de la BD mondiale. Le travail du légendaire bédéiste japonais de manga Leiji Matsumoto ainsi que celui d'Albert Uderzo, créateur d'Astérix, font notamment l'objet de rétrospectives. Depuis jeudi, la ville d'Angoulême a d'ailleurs pris les couleurs d'Astérix et Obélix.

À l'instar du monde musical, la BD est frappée par une vague coréenne. Les auteurs et éditeurs de manhwa, la BD façon Corée du Sud, seront à l'honneur.

Le Japonais Leiji Matsumoto, père de Capitaine Albator, fête cette année 60 ans de carrière. Les festivaliers auront droit à un marathon Albator, au cours duquel l'intégralité de ses dessins animés sera diffusée.

L'an passé, le bédéiste québécois Guy Delisle avait remporté le Prix du meilleur album au festival.