NOUVELLES
01/02/2013 10:00 EST | Actualisé 03/04/2013 05:12 EDT

L'armée algérienne protégera les centrales énergétiques du pays

ALGER, Algérie - L'armée algérienne commencera bientôt à protéger les sites de production d'hydrocarbures et les centrales énergétiques du pays, ont révélé vendredi des responsables.

L'armée tente aussi de déterminer si les militants qui ont attaqué le complexe gazier d'Ain Amena en janvier ont profité de l'aide d'un complice à l'intérieur.

Certaines informations n'ayant pas encore été confirmées indiquent que des dirigeants du géant BP étaient réunis à Ain Amenas au moment de l'attaque et que les militants ont cherché à les prendre en otage.

La crise s'est terminée avec la mort de 29 militants et de 37 otages, dont 36 étrangers.

Des responsables ont indiqué, sous le couvert de l'anonymat, que le chef d'état-major algérien El-Gadid Salah a décidé de déployer l'armée autour des complexes d'hydrocarbures du sud et des centrales électriques du nord après avoir consulté les chefs militaires régionaux.

Le directeur adjoint du complexe d'Ain Amena a affirmé aux journalistes qui visitaient les lieux jeudi être convaincu que les militants ont profité d'une aide intérieure, puisqu'ils ont cherché à s'emparer des dirigeants de BP. Le géant britannique a refusé de dire si des dirigeants se trouvaient sur place au moment de l'attaque mais un vice-président de l'entreprise compte parmi les victimes.

Le gouvernement algérien a aussi formé un comité interministériel dirigé par le premier ministre Abdelmalek Sellal pour enquêter sur l'attaque.