NOUVELLES
01/02/2013 08:54 EST | Actualisé 03/04/2013 05:12 EDT

La mine de Kearl de la Pétrolière Impériale coûtera beaucoup plus cher que prévu

CALGARY - La phase initiale du projet d'exploitation des sables pétrolifères de Kearl de la Pétrolière Impériale (TSX:IMO) coûtera deux milliards $ de plus que prévu, la société ayant éprouvé des difficultés à transporter des modules d'équipement de fabrication coréenne jusqu'au site de la mine, dans le nord de l'Alberta, et ayant été aux prises avec une météo capricieuse.

La première phase doit maintenant coûter 12,9 milliards $, en hausse comparativement à la précédente estimation de 10,9 milliards $, a fait savoir vendredi l'Impériale.

En tenant compte de la deuxième phase actuellement en cours, à un prix de 8,9 milliards $ US, le projet devrait avoir un coût de 6,80 $ le baril, ce qui représente une augmentation de 10 pour cent par rapport à l'estimation initiale de 6,20 $ le baril.

Lorsque la société de Calgary a annoncé en 2009 qu'elle construirait la mine de Kearl, elle avait parlé de trois phases d'importance similaire. Elle a par la suite décidé de réaliser le projet en deux étapes, parallèlement à de plus petits projets afin d'accroître progressivement sa production.

Par ailleurs, l'Impériale a annoncé vendredi avoir enregistré une augmentation de sept pour cent de son bénéfice net au quatrième trimestre, alors que des dépenses en baisse ont plus que compensé le recul de ses revenus.

L'Impériale, une filiale inscrite en Bourse du géant américain de l'énergie ExxonMobil (NYSE:XOM), a indiqué avoir réalisé lors des trois derniers mois de 2012 un bénéfice net de 1,07 milliard $, ou 1,26 $ par action, en hausse par rapport à celui de 1,01 milliard $, ou 1,18 $ par action, du même trimestre un an auparavant.

Le bénéfice net par action du plus récent trimestre est supérieur à celui de 99 cents auquel avaient dit d'attendre en moyenne les analystes consultés par Thomson Reuters.

Les revenus de la société pétrolière ont été de 7,8 milliards $ au quatrième trimestre, contre 8,1 milliards $ un an plus tôt, ce qui constitue un résultat en phase avec l'estimation des analystes.

Néanmoins, les dépenses de l'Impériale ont chuté à 6,39 milliards $, alors qu'elles avaient été de 6,86 milliards $ lors du quatrième trimestre il y a un an.

Pour l'exercice, l'Impériale a fait état d'un bénéfice net de 3,76 milliards $, ou 4,42 $ par action, et de revenus de 31,12 milliards $. L'an dernier, la société avait affiché un bénéfice net de 3,37 milliards $, soit 3,95 $ par action, et des revenus de 30,71 milliards $.

À la Bourse de Toronto, vendredi après-midi, les actions de l'Impériale valaient 43,84 $, en hausse de quatre cents par rapport à leur précédent cours de clôture.