Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La CSN ne boycottera pas le Sommet sur l'enseignement supérieur

La CSN sera présente au Sommet de l'enseignement supérieur, même si l'une de ses fédérations décidait de ne pas y participer. La centrale a tenu à préciser sa position, notant qu'un article publié vendredi dans La Presse pouvait laisser entendre le contraire.

«.La CSN détient un mandat très clair pour participer au Sommet et nous avons d'ailleurs été présents à chacun des forums en vue de sa préparation, dont celui qui se tient encore aujourd'hui à Rimouski», peut-on lire dans le communiqué de la centrale.

« Nous avons nous-mêmes réclamé la mise en place d'un tel Sommet. La crise du printemps dernier a démontré à quel point il est essentiel qu'un réel débat se fasse tout autant sur l'accessibilité, le financement, la gestion, la gouvernance, etc., et que l'ensemble des acteurs y participe. Nous en serons et nous continuerons à faire valoir nos positions. L'exercice a encore toute sa pertinence. Nous travaillerons à ce que des résultats probants ressortent de cet exercice fondamental. Ce n'est qu'à l'issue du Sommet, que nous pourrons porter un jugement éclairé sur son impact et les suites qu'y donnera le gouvernement », a également déclaré le président de la CSN, Jacques Létourneau.

La Presse citait quant à elle Caroline Senneville, la présidente de la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), qui affirmait: «Nos membres sont très, très, très en colère. Ce qu'ils nous disent, c'est qu'on n'est pas sûr de vouloir s'asseoir au Sommet dans ces conditions».

INOLTRE SU HUFFPOST

100e manif nocturne

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.