NOUVELLES
01/02/2013 07:32 EST | Actualisé 03/04/2013 05:12 EDT

En dépit du Super Bowl, les frères Harbaugh aimeraient travailler ensemble

LA NOUVELLE-ORLÉANS - Même s'ils ont travaillé chacun de leur côté, John et Jim Harbaugh ont mené leur équipe respective au Super Bowl. Ils seront de chaque côté du terrain, dimanche, puisque Jim sera à la barre des 49ers de San Francisco et John des Ravens de Baltimore.

Imaginez à quel point ils pourraient être efficaces s'ils travaillaient ensemble.

Lors de leur conférence de presse commune vendredi, quelqu'un a demandé aux frères s'ils considéreraient unir leurs forces si jamais l'un d'entre eux devait perdre son poste.

«Ça ne fait aucun doute», a admis John, sans détour. «Nous avons déjà eu cette conversation. Ça n'a simplement jamais fonctionné, en raison d'un mauvais synchronisme. J'adorerais travailler pour Jim. Ce serait la plus belle chose au monde.»

Jim, l'entraîneur des 49ers, a abondé dans la même direction en disant «sans aucun doute, je travaillerais pour lui.»

La tradition du Super Bowl veut que les entraîneurs rencontrent les membres des médias séparément deux jours avant le match. Cette habitude a été brisée vendredi parce que, après tout, deux frères n'ont jamais dirigé leur équipe respective lors d'un Super Bowl.

Portant un costume noir, une chemise blanche, une cravate étroite et des souliers propres, John s'est assis dans un fauteuil luxueux derrière un casque des Ravens. Jim, qui portait une casquette des 49ers, un coton ouaté, des pantalons kakis et des espadrilles, s'est assis dans le même genre de fauteuil derrière un casque des 49ers.

Qualifiant ce moment «d'excitant», John a énuméré les noms de quelques membres de leur famille dans la foule, dont ceux de leurs parents. Ils ont pris une photo en compagnie de leur grand-père Joe Cipiti sur la scène, après la conférence de presse.

Jack Harbaugh, leur père, a connu du succès comme entraîneur dans les rangs universitaires. Ses fils ont suivi ses pas, en empruntant des chemins différents. À un certain moment, leurs routes ont même failli se croiser.

«Nous nous sommes quasiment retrouver ensemble à Stanford à un certain moment», s'est rappelé John. «Ce serait un honneur de l'avoir parmi mon personnel d'entraîneurs. C'est un très bon entraîneur. Tu veux toujours avoir les meilleurs pour t'entourer, et il n'y en a aucun de meilleur que Jim Harbaugh, et je suis sérieux. Il n'y a pas de meilleur entraîneur dans la NFL que ce gars-ci.»

Déclaration à laquelle Jim a ajouté «sauf, peut-être, Jack Harbaugh».

L'arbre généalogique des entraîneurs de la famille Harbaugh pourrait même un jour compter une nouvelle branche. Le fils de Jim, Jay, travaille pour John comme stagiaire chez les Ravens.

«Il est encore meilleur que ce qu'on avait anticipé, et je savais qu'il serait excellent dans ce qu'il fait», a mentionné John.

Quelqu'un d'autre a demandé aux frères s'ils avaient songé à la façon qu'ils se serreront la main après la rencontre. Jim Harbaugh a déjà suscité la colère de l'entraîneur-chef des Lions de Detroit Jim Schwartz pour lui avoir serré la main rapidement avant de lui asséner une claque dans le dos après un match en 2011, mais ce ne sera de toute évidence pas un problème dimanche soir.

«Je n'ai pas vraiment pris le temps de penser à la poignée de main, à l'étreinte ou quelque chose d'autre», a admis John. «Je n'y ai pas pensé pendant une seule seconde. Et toi, Jim?»

«Moi non plus», a-t-il confirmé.