NOUVELLES
01/02/2013 05:35 EST | Actualisé 03/04/2013 05:12 EDT

Des propriétaires de Québec jugent la hausse de leur compte de taxes trop élevée

De nombreux propriétaires de Québec ont eu une bien mauvaise surprise ces jours-ci en recevant par la poste leur compte de taxes. Certains d'entre eux sont aux prises avec une augmentation beaucoup plus salée que ce à quoi ils s'attendaient.

C'est le cas de Denis Huot, un résident du quartier Saint-Roch. Ce dernier a reçu jeudi matin son nouveau compte de taxes. Pour son condominium évalué à près de 200 000 $, M. Huot doit débourser 2134 $. Il s'agit d'une augmentation de 340 $ par rapport à l'année dernière.

« J'ai 16 % d'augmentation. J'ai un problème [...] J'ai une immense surprise et une immense déception », déplore M. Huot.

Ce dernier n'est pas le seul a dénoncer cette situation. Carl Yergeau, qui habite le quartier de Neufchâtel, devra composer avec des taxes majorées de 500 $ cette année. « C'est sur que ç'a augmenté. Donc, il faut composer avec ça. On n'a comme pas le choix, malheureusement », dit-il.

Les deux propriétaires ne comprennent pas pourquoi leur compte a augmenté de cette façon, d'autant plus que dans le dernier budget municipal présenté en décembre, le maire Labeaume avait parlé d'une hausse moyenne sous la barre de 2 %.

À la Ville de Québec, on fait savoir que plusieurs facteurs expliquent ces variations. Le nouveau rôle d'évaluation des propriétés, présenté en septembre, figure parmi ces facteurs.

En vertu de la nouvelle évaluation, la hausse moyenne de la valeur des propriétés est de 27,6 % pour l'ensemble des citoyens. Or, si une propriété a subi une hausse supérieure à 27 %, il y a des répercussions sur le compte de taxes.

« Les gens qui vont vous appeler aujourd'hui vont probablement être ceux dont le compte de taxes a augmenté, sauf qu'il y en a qui, si leur évaluation a été en bas de la moyenne, vont avoir une baisse de leur compte de taxes », explique François Moisan, porte-parole de la Ville de Québec

Le taux varie aussi selon l'harmonisation des taxes depuis les fusions municipales, explique-t-on à la Ville de Québec. Les secteurs de Vanier, de Sillery et de la Cité-Limoilou subissent les plus fortes hausses, c'est-à-dire entre 3 % et 5 %.

La Ville dit qu'elle s'attendait à un vent de mécontentement. « C'est pour ça que cette année, on a envoyé une lettre qui accompagnait la facture de taxes, qui donne les explications du pourquoi il peut y avoir une variation différente de 1,9 % , affirme M. Moisan.

Les citoyens qui le souhaitent peuvent contester leur rôle d'évaluation foncière.