NOUVELLES
31/01/2013 10:26 EST | Actualisé 02/04/2013 05:12 EDT

USA: Chuck Hagel promet qu'il n'hésitera pas à recourir à "la force"

L'ex-sénateur Chuck Hagel, nommé pour prendre les rênes du Pentagone, a promis jeudi qu'il n'hésiterait "pas à recourir à toute la force de l'armée des Etats-Unis" pour assurer leur sécurité, devant les sénateurs de la commission des Forces armées.

Répondant aux critiques sur ses positions controversées au Sénat et à un supposé pacifisme forgé sous le feu ennemi lors de la guerre du Vietnam, l'ancien élu républicain du Nebraska s'est employé à rassurer les sénateurs de son parti, dont plusieurs ont annoncé leur intention de s'opposer à sa nomination à la tête du département de la Défense.

"Nous n'hésiterons pas à recourir à toute la force de l'armée des Etats-Unis pour assurer notre sécurité. Mais nous devons aussi être intelligents, et plus encore, avisés, dans la façon dont nous employons la grande puissance de notre pays", a déclaré M. Hagel.

Hostile à un interventionnisme à tout crin, l'ancien sénateur (1996-2008) s'était rapidement opposé à la politique de George W. Bush en Irak, s'attirant les critiques de son camp.

Au Sénat, il avait également voté contre un renforcement des sanctions contre l'Iran.

Ses propos passés sur le "lobby juif" ou sur le fait qu'il n'était "pas un sénateur israélien" lui ont aussi valu de vives critiques.

"Aucun vote, déclaration ou prise de position pris individuellement ne me définit, ne définit mes convictions ou mon action. Ma vision du monde n'a jamais changé: l'Amérique a et doit maintenir l'armée la plus puissante du monde", a-t-il assuré.

De fait, dans son discours introductif, Chuck Hagel a fait siennes les positions du président Barack Obama sur les principaux dossiers.

L'Iran? "Comme je l'ai dit dans le passé, toutes les options doivent être sur la table" pour empêcher Téhéran d'obtenir l'arme nucléaire. "Ma politique est celle de la prévention, pas celle de l'endiguement, et le président a clairement indiqué que c'était la politique de notre gouvernement".

Vis-à-vis d'Israël, il a promis qu'il s'assurait que cet allié maintienne sa supériorité militaire sur le plan qualitatif par rapport au reste de la région.

mra-ddl/are