NOUVELLES
31/01/2013 09:56 EST | Actualisé 02/04/2013 05:12 EDT

Une étrange prise d'otage impliquant un enfant de 5 ans se prolonge en Alabama

MIDLAND CITY, États-Unis - Les forces de l'ordre de l'Alabama tentaient toujours, jeudi soir, de libérer un garçon de cinq ans retenu en otage dans un abri souterrain par un homme armé depuis mardi.

Le ravisseur, identifié par des voisins comme étant Jimmy Lee Dykes, un camionneur à la retraite âgé de 65 ans, est connu dans le voisinage comme un homme menaçant. Il aurait déjà battu un chien avec une barre de fer, menacé de tirer sur des enfants qui avaient mis le pied sur sa propriété et il patrouillait son terrain la nuit avec une lampe de poche et une arme à feu.

L'homme devait comparaître en cour mercredi matin, après avoir été accusé d'avoir tiré sur des voisins le mois dernier lors d'une dispute. Ses voisins pensent qu'il a pris l'enfant en otage pour échapper à sa comparution. L'homme n'aurait aucun lien connu avec le garçon.

La prise d'otage a commencé mardi après-midi. L'homme est monté à bord d'un autobus scolaire rempli d'enfants dans la petite localité de Midland City, en réclamant deux garçons. Selon le shérif Wally Olsen, l'assaillant a tué le chauffeur de l'autobus qui avait refusé de le laisser partir avec des enfants. L'homme s'est ensuite enfui avec son otage.

Le chauffeur, Charles Albert Poland, âgé de 66 ans, a été qualifié de héros local pour avoir donné sa vie afin de protéger ses 21 jeunes passagers.

Les forces de l'ordre encerclent la propriété du ravisseur depuis mardi. L'impasse pourrait se poursuivre encore longtemps: un élu local a déclaré que l'abri souterrain disposait de l'électricité, d'une télévision et de nourriture.

Le chef de la police de la localité voisine de Pinckard, James Arrington, a déclaré que le ravisseur dormait par moments et qu'il avait dit aux forces de l'ordre qu'il avait déjà passé de longues périodes dans son abri auparavant.

«Il devra céder un jour ou l'autre, parce que les autorités ne partiront pas», a-t-il dit. «C'est plutôt petit, mais on sait qu'il y est déjà resté pendant huit jours.»

Les négociateurs discutent avec le ravisseur à travers une conduite de ventilation de dix centimètres de large pour tenter de le convaincre de libérer l'enfant, a précisé M. Arrington.

Une dizaine de véhicules de police, un camion de pompiers, un hélicoptère et des membres de plusieurs agences de maintien de l'ordre sont déployés autour de la propriété du ravisseur, située au bout d'un chemin en terre de Midland City, qui compte 2300 habitants.