NOUVELLES
31/01/2013 10:17 EST | Actualisé 02/04/2013 05:12 EDT

États-Unis: l'infanterie des Marines sceptique face à l'arrivée des femmes

SAN DIEGO - Le commandant du Corps des Marines des États-Unis — la plus masculine de toutes les branches militaires du pays — a indiqué jeudi que son infanterie était sceptique face à la décision du Pentagone de permettre aux femmes d'occuper des emplois de combat en son sein.

Le général James Amos a partagé son point de vue avec les journalistes présents lors d'une conférence militaire organisée à San Diego par l'Institut naval des États-Unis et l'Association des communications électroniques des forces armées américaines.

Il a néanmoins indiqué que la plupart des Marines étaient en accord avec l'interdit levé la semaine dernière par le département de la Défense, qui a rendu des milliers de postes accessibles aux femmes.

Le général Amos a également souligné qu'au cours de la dernière décennie, plusieurs membres masculins de son service ont combattu aux côtés de femmes, en Irak et en Afghanistan.

Déjà, les femmes oeuvrant au sein de la police militaire, des troupes de ravitaillement ou travaillant tout simplement comme commis se sont parfois retrouvées au front dans un contexte de guerre moderne où le champ de bataille n'est plus clairement circonscrit et où la différence entre les emplois de combat et de soutien est de moins en moins évidente.

Plus de 150 femmes ont été tuées dans les guerres en Irak et en Afghanistan alors qu'elles occupaient des emplois de soutien.

Plusieurs des postes ouverts par le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, se trouvent dans les unités d'infanterie de l'Armée de terre et des Marines, dont certaines sont des commandos d'élite. C'est aux chefs de service militaire que reviendra la tâche de décider si les femmes devraient être exclues de certains postes exigeants et dangereux, comme les commandos de la marine et la «Delta Force» de l'Armée de terre.

Les autorités militaires soutiennent qu'elles n'abaisseront pas les standards, mais qu'elles les réévalueront afin de s'assurer qu'ils sont nécessaires à la formation de combattants.