NOUVELLES
31/01/2013 02:36 EST | Actualisé 02/04/2013 05:12 EDT

Sears Canada licencie 700 travailleurs, dont la majorité dans ses magasins

AP

TORONTO - Sears Canada (TSX:SCC) a annoncé jeudi la mise à pied de 700 employés à travers le pays afin de ramener ses effectifs à la taille idéale et de se concentrer sur la restructuration de ses activités.

Le détaillant a indiqué que les licenciements affectaient 360 personnes travaillant dans ses grands magasins et quelque 300 employés de ses centres de distribution. Les autres travaillent au siège social de la société ou dans d'autres divisions liées aux services.

Les emplois en question seront supprimés un peu partout au Canada.

«Cela fait partie de notre initiative visant à rajuster l'organisation, parallèlement aux autres initiatives prises pour assurer le succès de Sears», a affirmé le porte-parole de l'entreprise, Vince Power, par voie de communiqué.

La municipalité ontarienne de Belleville, où Sears compte un centre de distribution traitant les commandes par catalogue de petits articles et celles en ligne, perdra 120 emplois, soit le nombre le plus élevé de cette vague de licenciements.

Un centre de distribution à Regina, en Saskatchewan, où sont principalement traitées les commandes de petits articles faites par la clientèle de l'Ouest canadien, perdra 80 travailleurs. Des pertes de moindre importance auront lieu aux centres de distribution des environs de Toronto et Montréal, davantage chargés d'articles de plus grande taille, de même qu'à deux petits centres de Calgary et Vancouver.

En revanche, les mises à pied au sein des magasins de Sears seront moins lourdes, allant de deux à quatre personnes par établissement.

Les centres de distribution sont plus touchés car le détaillant a été en mesure d'y améliorer ses méthodes, a expliqué M. Power.

«Nous sommes capables d'en faire plus dans les centres de distribution», a-t-il indiqué, ajoutant que «nous ne voulions pas affecter le service à la clientèle dans les magasins».

Sears Canada procède depuis quelques mois à une restructuration de ses activités dans l'espoir de convaincre les consommateurs de retourner dans ses magasins, après des années de recul des ventes. La chaîne se prépare en outre à l'arrivée au pays de nouveaux concurrents américains, notamment le détaillant à prix réduits Target (NYSE:TGT).

Dans un rapport portant sur l'impact de la venue de Target sur les détaillants du pays, rendu public l'automne dernier, Barclays Capital a estimé que Sears Canada, Walmart, Old Navy, les magasins Joe Fresh de Loblaw ainsi que Canadian Tire étaient les plus menacés.

Sears Canada compte 195 magasins d'entreprise, 269 magasins locaux, huit salles d'exposition de rénovation du foyer et plus de 1500 comptoirs de ramassage des commandes par catalogue.

En décembre, l'entreprise a annoncé la fermeture de quatre de ses principaux magasins à Vancouver, Calgary et Ottawa. Ces emplacements seront occupés par le détaillant américain Nordstrom, qui y installera ses premiers magasins canadiens.

Plus tôt ce mois-ci, Sears Canada a annoncé avoir décidé de rafraîchir l'image de ses propres marques au moyen de deux partenariats avec le détaillant Groupe Aldo et la marque de vêtements Buffalo International.

La chaîne de magasins a indiqué faire équipe avec Aldo afin de concevoir et fabriquer les chaussures de ses marques Nevada, Attitude et Jessica. De son côté, Buffalo International a été chargée de la conception et de la fabrication de la gamme entière des vêtements en denim pour femmes et hommes de la marque Nevada de Sears Canada.

Les actions de Sears Canada ont terminé la séance de jeudi à 9,54 $ à la Bourse de Toronto, en baisse d'un cent par rapport à leur précédent cours de clôture.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'économie canadienne en terrain miné