NOUVELLES
31/01/2013 12:25 EST | Actualisé 02/04/2013 05:12 EDT

Plus grand receveur de l'histoire des Packers, Donald Driver se retire

GREEN BAY, États-Unis - Aucun autre uniforme n'irait à Donald Driver.

Le plus grand receveur de l'histoire des Packers de Green Bay a annoncé jeudi qu'il mettait un terme à sa carrière. Une cérémonie publique est prévue pour le 6 février prochain, à dans l'atrium du Lambeau Field.

«J'ai disputé toute ma carrière à Green Bay et j'ai toujours profité d'un lien spécial avec les partisans, a déclaré Driver dans un communiqué émis par les Packers. Je ne peux concevoir une meilleure façon (d'y mettre fin) que de célébrer avec eux et toute l'organisation des Packers.»

Plus tard, sur Twitter, Driver a écrit: «Quelle aventure fantastique, merci à tous pour votre appui et votre amour!».

Driver termine sa carrière de 14 saisons avec 743 attrapés pour 10 137 verges de gains, dont sept saisons de 1000 verges ou plus, tous des records d'équipe. Ses 61 touchés par la passe le placent au troisième rang de tous les temps chez les Packers, derrière Don Huston et Sterling Sharpe. Il a remporté le Super Bowl en 2011 et seul Brett Favre a disputé plus de rencontres que lui dans l'uniforme vert et or.

«Toutes ces 14 années. Chaque journée, a répondu Driver quand on lui a demandé quel était son plus beau souvenir de cette fructueuse carrière. De se retirer au Lambeau Field est très spécial, c'est quelque chose que je n'oublierai jamais.»

Repêché au septième tour du repêchage de 1999, Driver est devenu l'un des plus prolifique et populaire joueur de l'histoire de l'équipe. De 2004 à 2009, il a connu six saisons consécutives de 1000 verges ou plus par la passe, conservant une moyenne de 14 verges par attrapé au cours de cette période. Il a capté au moins une passe lors de 133 parties consécutives entre 2002 et 2010, un autre record d'équipe.

Il fait partie d'un groupe sélect de 18 receveurs ayant capté 700 passes ou plus pour des gains de plus de 10 000 verges tout en ayant joué 200 matchs.

Ce ne sont pas seulement ses performances sur le terrain qui ont fait que Driver soit devenu l'un des joueurs les plus populaires des Packers. Les partisans ont été charmés par son sourire contagieux et touchés par son histoire.

Quand il était jeune, Driver et sa famille étaient si pauvres qu'ils devaient parfois passer la nuit dans un camion. Son frère et lui ont volé des voitures pour faire de l'argent. Driver a même vendu de la drogue.

Il n'a jamais oublié cette enfance difficile, demeurant impliqué dans la communauté tout au long de sa carrière.

«Sa contribution à l'histoire des Packers de Green Bay a été extraordinaire, a déclaré Bart Starr, l'ex-grand quart des Packers. Je suis honoré de le féliciter pour tous ses accomplissements, autant sur le terrain qu'à l'extérieur.»

Bien que Driver ait exprimé le souhait de jouer jusqu'à 40 ans — il aura 38 ans samedi — sa retraite n'est pas une surprise. Il avait accepté de restructurer la dernière année de son contrat pour revenir la saison passée, mais n'a joué qu'un rôle mineur derrière Greg Jennings, James Jones, Jordy Nelson et Randall Cobb. Ses huit attrapés pour 77 verges constituent ses pires statistiques depuis sa première saison. Il a été laissé de côté lors de quatre matchs, dont son dernier match à Lambeau Field, lors du premier week-end éliminatoire.

«C'est toujours difficile, surtout quand vous croyez être encore en mesure de contribuer, a-t-il dit sur les ondes d'ESPN Radio. Mais il y a d'autres choses. Il y a le prochain chapitre de ma carrière et je suis prêt à l'attaquer.»

Après la défaite des Packers contre les 49ers de San Francisco en série de division, Driver a indiqué qu'il discuterait de son avenir avec sa famille. Les Vikings du Minnesota se sont montrés intéressés.

«Ma femme, Bettina, m'a dit qu'elle voulait aller nulle part ailleurs. Plein de gens pourront dire à mes (trois) enfants que leur père a été un grand joueur de football, mais personne ne pourra leur dire que j'ai été un bon conjoint et un bon père. C'est ce que je dois être capable de leur prouver. C'est ce qui sera le prochain chapitre de ma carrière.»