NOUVELLES
31/01/2013 04:23 EST | Actualisé 01/04/2013 05:12 EDT

Otages au Yémen: négociations après l'arrêt d'une offensive de l'armée

L'armée a suspendu une offensive contre Al-Qaïda dans le centre du Yémen, qui a fait au moins 64 morts depuis son lancement lundi, afin de donner une chance aux négociations avec le réseau pour libérer trois otages occidentaux, ont indiqué jeudi des responsables locaux et tribaux.

Des médiateurs tribaux mènent les négociations avec Al-Qaïda dans le but de parvenir à la libération des otages --deux Finlandais et un Autrichien enlevés le 21 décembre à Sanaa-- qui seraient détenus dans la région d'Al-Manassah, dans la province de Baïda, selon les autorités.

A la suite d'une médiation tribale, l'armée a interrompu mercredi après-midi son offensive contre les combattants d'Al-Qaïda dans cette région, ont indiqué des sources tribales et des responsables locaux.

Selon des sources tribales et militaires, 46 combattants d'Al-Qaïda, 18 militaires et un nombre indéterminé de civils ont été tués depuis le début de l'offensive que l'armée a lancé lundi après le refus de deux chefs locaux d'Al-Qaïda de se rendre aux autorités.

Les deux hommes --des frères de Tarek al-Dahab, un chef d'Al-Qaïda tué en février 2012 -- sont soupçonnés par les autorités de détenir les trois otages occidentaux à Al-Manassah.

La famille des Al-Dahab nie détenir les otages. Des sources tribales avaient indiqué en début de semaine que les otages se trouveraient dans la région de Marib, plus à l'est, où le réseau extrémiste est fortement implanté.

Tarek al-Dahab était le beau-frère de l'imam américano-yéménite Anwar al-Aulaqi, tué en septembre 2011 dans un raid américain.

Al-Qaïda a profité de l'affaiblissement du pouvoir central, à la faveur de l'insurrection populaire contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh en 2011, pour renforcer son emprise notamment dans l'est et le sud du Yémen.

Dans la province d'Abyane (sud), un soldat et trois membres d'une milice supplétive de l'armée ont été tués jeudi dans des affrontements avec des combattants d'Al-Qaïda, a affirmé un chef de cette milice, Hussein al-Waheshi.

Les combats ont commencé lorsque l'armée, épaulée par les Comités de résistance populaire, a attaqué Maraqecha, un village dans lequel sont retranchés les membres d'Al-Qaïda.

Abyane était un fief d'Al-Qaïda avant une offensive de l'armée lancée en mai dernier qui avait délogé le réseau des principales villes de cette province.

mou-lyn/ak/at/feb