NOUVELLES
31/01/2013 05:28 EST | Actualisé 02/04/2013 05:12 EDT

L'IATA prévoit une croissance des profits du transport aérien en 2013

MONTRÉAL - Le secteur mondial du transport aérien verra ses profits prendre de l'altitude grâce à une nouvelle hausse du nombre de passagers en 2013, après que la demande eut augmenté de 5,3 pour cent et que les sociétés aériennes eurent enregistré un taux d'occupation presque sans précédent l'année dernière, a estimé jeudi l'Association du transport aérien international (IATA).

L'organisation a également indiqué que la demande pour le transport de fret avait diminué pour une deuxième année de suite, ayant reculé de 1,5 pour cent dans un contexte de ralentissement économique mondial.

La hausse de la demande en provenance des passagers a été inférieure à celle de 5,9 pour cent enregistrée en 2011, mais supérieure à la moyenne de cinq pour cent des 20 dernières années.

Les coefficients d'occupation se sont élevés à un niveau de 79,1 pour cent.

L'IATA s'attend à ce que les profits des transporteurs aériens augmentent et atteignent 8,4 milliards $ US en 2013, contre une somme estimée à 6,7 milliards $ US l'an dernier. Néanmoins, les marges opérationnelles devraient demeurer faibles, à environ un pour cent.

Les sociétés aériennes canadiennes Air Canada (TSX:AC.B) et WestJet (TSX:WJA) devraient connaître une amélioration de leurs profits, ont indiqué des analystes de l'industrie.

Air Canada devrait voir son bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA) grimper de 48 pour cent, à 240 millions $, au quatrième trimestre, a estimé Chris Murray, de PI Financial. L'analyste prévoit que le bénéfice net du transporteur montréalais atteindra 22 millions $ pour son exercice financier 2012, avant de passer à 172 millions $ cette année puis à 198 millions $ en 2014.

WestJet, de Calgary, devrait de son côté voir ses profits augmenter à 43 cents par action au quatrième trimestre et à 1,75 $ par action pour l'exercice, contre 26 cents et 1,06 $ par action un an plus tôt, respectivement, selon Jacques Kavafian, de Toll Cross Securities.