NOUVELLES
31/01/2013 03:18 EST | Actualisé 01/04/2013 05:12 EDT

Le raid israélien en Syrie révèle les "origines" du conflit (Hezbollah)

Le Hezbollah libanais, allié du régime de Damas, a estimé jeudi qu'en bombardant un centre militaire en Syrie Israël avait montré au grand jour "les origines" du conflit syrien qui dure depuis près de deux ans.

Dans un communiqué, le mouvement chiite armé "constate que cette attaque a dévoilé au grand jour les origines de ce qui se passe en Syrie depuis deux ans et les objectifs criminels visant à détruire ce pays et son armée pour affaiblir son rôle central dans la résistance (contre l'Etat hébreu) et parachever le grand complot contre nos peuples arabes et musulmans".

Le Hezbollah "condamne avec force cette nouvelle agression sioniste contre la Syrie", la première frappe israélienne en Syrie depuis qu'a éclaté en mars 2011 une révolte populaire hostile au régime syrien, devenue depuis conflit armé et ayant fait plus de 60.000 morts, selon l'ONU.

Cette "agression sauvage appelle une large et vigoureuse campagne de dénonciation et de condamnation de la part de la communauté internationale, des pays arabes et musulmans", dénonçant le silence international "chaque fois qu'Israël est l'agresseur".

Le Hezbollah exprime son "entière solidarité avec la Syrie, sa direction, son armée et son peuple". Pour lui cette attaque, démontre la volonté d'Israël d'empêcher "les forces arabes et musulmanes de renforcer leurs capacités militaires et technologiques"

Damas a annoncé mercredi soir que l'aviation israélienne avait "directement bombardé" un centre de recherche militaire situé entre Damas et la frontière libanaise, pour la première fois en près de deux ans de conflit en Syrie.

"Un avion de combat israélien a violé notre espace aérien à l'aube et a directement bombardé un centre de recherche sur l'amélioration de la résistance et l'auto-défense dans la région de Jomrayah dans la province de Damas", a affirmé l'armée dans un communiqué publié par l'agence officielle Sana.

L'armée syrienne fait état de deux employés tués et de cinq blessés dans ce centre, qui a subi "d'importants dégâts" et dont le "bâtiment a été partiellement détruit".

Interrogée par l'AFP, une porte-parole de l'armée israélienne s'est refusée à tout commentaire.

kam/sbh/sk/sw