NOUVELLES
31/01/2013 09:42 EST | Actualisé 02/04/2013 05:12 EDT

Le pétrole pâtit à New York de chiffres mitigés de l'économie américaine

Les cours du pétrole s'affichaient à la baisse à New York jeudi à l'ouverture, pâtissant de la publication de statistiques économiques de mauvais augure pour la demande énergétique aux Etats-Unis, premier consommateur mondial d'or noir.

Vers 14H20 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars lâchait 83 cents à 97,11 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les prix du brut, qui avaient été dopés mercredi par un regain d'optimisme des opérateurs et la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed) de maintenir son soutien énorme à l'économie du pays, étaient touchés par la diffusion de plusieurs indicateurs par le gouvernement américain.

Selon le département du Travail, les nouvelles inscriptions au chômage sont reparties à la hausse la semaine dernière aux Etats-Unis après être retombées à leur plus bas depuis cinq ans.

"Elles rompent ainsi une tendance à l'amélioration importante", selon Bart Melek, de TD Securities. "Cela implique sans doute que les créations d'emploi ne sont pas aussi solides qu'on ne le pensait, ce qui est plutôt négatif pour la demande en énergie", a-t-il souligné.

Ce chiffre peut aussi apparaître comme un signal négatif à la veille de la publication du rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis, considéré traditionnellement comme un baromètre permettant d'évaluer la vigueur de l'économie du pays.

Autre chiffre pesant sur le marché du pétrole: les dépenses de consommation des revenus des ménages aux Etats-Unis se sont tassées en décembre et leur progression, inférieure aux attentes des analystes, a été bien plus faible que celle des revenus des Américains, selon le département du Commerce.

"La publication concomitante de ces deux indicateurs a renversé la tendance à la hausse du marché", selon M. Melek.

"Les préoccupations liées à la situation géopolitique restent élevées après un bombardement israélien en territoire syrien", a par ailleurs souligné Phil Flynn, de Price Futures Group.

Un regain de tensions au Moyen-Orient serait susceptible de perturber l'offre d'or noir de la région.

Les opérateurs continuaient aussi de surveiller la situation en Egypte, alors que les violences entre manifestants et forces de l'ordre se poursuivaient.

jum/ved/rap