NOUVELLES
31/01/2013 01:55 EST | Actualisé 02/04/2013 05:12 EDT

Fin des consultations pour désigner le Premier ministre, Netanyahu sans rival

Le président israélien Shimon Pérès a terminé jeudi ses consultations marathon en vue de la désignation du chef de parti le mieux placé pour constituer une majorité et former le prochain gouvernement, et fera connaître son choix samedi soir.

Il ne fait aucun doute que le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu, dont la liste de droite est arrivée en tête à l'issue des élections législatives du 22 janvier, avec 31 sièges sur 120, sera choisi puisqu'il est assuré de disposer du soutien de plus de 80 élus et qu'aucun candidat ne s'est présenté contre lui.

M. Pérès avait rencontré mercredi les représentants de la liste commune de droite Likoud-Israël Beiteinou, emmenée par M. Netanyahu, et de Yesh Atid, le nouveau parti centriste de l'ex-vedette de la télévision Yaïr Lapid, la surprise des élections avec 19 députés.

Jeudi, il a reçu les délégations de tous les autres partis représentés dans la nouvelle Knesset (Parlement), notamment les travaillistes (15 sièges), les nationalistes religieux de Naftali Bennett (12) et les ultra-orthodoxes.

Le président Pérès annoncera le candidat désigné à 18H00 GMT après le repos hebdomadaire du shabbat qui commence vendredi.

La loi stipule que le candidat désigné dispose d'une période de 28 jours pour présenter son gouvernement au Parlement. S'il échoue durant ce laps de temps, il peut obtenir un délai supplémentaire de 14 jours. En cas de nouvel échec, le président peut désigner un autre candidat.

M. Netanyahu n'a pas attendu le feu vert du président pour mener des tractations avec ses partenaires potentiels.

Selon les commentateurs, la nouvelle majorité devrait avoir comme base le Likoud-Israël Beiteinou et Yesh Atid. A ces deux partis devrait s'ajouter le Foyer juif de Naftali Bennett, à la droite de la droite et très proche des colons.

Deux partis ultra-orthodoxes --le Shass (11 élus) et Judaïsme unifié de la Torah (7)-- ainsi que Kadima, un petit parti centriste (2), pourraient également participer au gouvernement.

agr/cco