NOUVELLES
31/01/2013 05:16 EST | Actualisé 02/04/2013 05:12 EDT

Des chercheurs révèlent les mystères de la diversité des pigeons

Des chercheurs ont séquencé le génome du pigeon, dévoilant les mystères de l'extrême diversité de cet oiseau présent sur tous les continents, originaire du Proche-Orient et d'Amérique du Nord, dont la domestication remonte à 5.000 ans, révèlent jeudi leurs travaux.

Le pigeon biset (Columba livia) compte parmi les oiseaux les plus communs et les plus variés de la planète, avec 350 races parmi lesquelles diffèrent la taille, la forme, la couleur, la longueur du bec, la structure osseuse, le chant ainsi que le plumage, expliquent ces scientifiques dont l'étude est publiée dans la version en ligne de la revue américaine Science.

Le pigeon est l'un des rares oiseaux dont le génome a été jusqu'à présent séquencé avec le poulet, la dinde, le diamant mandarin et la perruche ondulée, précise Michael Shapiro, professeur adjoint de biologie à l'Université d'Utah, un des principaux membres de l'équipe internationale qui a travaillé sur ce projet.

Cette nouvelle recherche "a permis de découvrir les origines génétiques des caractéristiques physiques des pigeons et les mécanismes moléculaires contrôlant leur diversité", poursuit le scientifique.

Ils ont entre autres trouvé qu'une simple mutation d'un gène appelé EphB2 fait pousser vers le haut les plumes du cou et de la tête du pigeon biset et de 80 autres races de pigeon, qui forment ainsi une fraise et une crête. La crête joue un rôle important dans de nombreuses espèces de volatiles pour l'attraction sexuelle.

Cette même mutation génétique chez les humains contribue à la maladie d'Alzheimer ainsi qu'au cancer de la prostate et peut-être à d'autres tumeurs cancéreuses", relève Michael Shapiro.

La comparaison du génome du pigeon à ceux du poulet, de la dinde et du diamant mandarin montre que "malgré les 100 millions d'années d'évolution depuis que ces espèces d'oiseaux ont divergé, leurs génomes sont très similaires", relève-t-il.

Le biologiste indique qu'en utilisant l'approche mise au point pour cette recherche, la science espère "expliquer d'autres traits des pigeons et l'appliquer à d'autres oiseaux, dont on compte plus de 10.000 espèces dans le monde, ainsi qu'à de nombreux autres animaux".

"Les oiseaux sont une énorme partie de la vie sur Terre et nous savons peu de leur génétique", surtout par rapport aux mammifères et aux poissons, note M. Shapiro.

"Le génome du pigeon va accélérer les recherches sur cet oiseau remarquable et sur d'autres oiseaux, et fournit un modèle prometteur pour identifier les fondements génétiques moléculaires d'autres traits physiques ayant un intérêt général", juge Jun Wang, du centre de recherche BGI-Shenzhen en Chine et principal co-auteur de cette étude.

Les chercheurs ont séquencé le génome complet d'un pigeon biset mâle de la race dite "Danish tumbler", et celui partiel de 38 autres pigeons de 36 races différentes.

Le génome du pigeon biset compte quelque 17.300 gènes comparativement à environ 21.000 gènes chez l'humain.

Les auteurs de ces travaux relèvent que les pigeons étaient l'un des sujets d'étude favoris du naturaliste anglais Charles Darwin pour montrer comment fonctionne la sélection naturelle dans l'évolution.

Des scientifiques de l'Université de Copenhague au Danemark et du centre du cancer M.D. Anderson de l'Université du Texas ont également participé à ces travaux.

js/lor