NOUVELLES
30/01/2013 07:41 EST | Actualisé 01/04/2013 05:12 EDT

RIM devient BlackBerry et dévoile deux nouveaux téléphones

C'est à New York que le PDG de Research in Motion, Thorsten Heins, a présenté ce matin deux téléphones multifonctions utilisant son nouveau système d'exploitation BlackBerry 10, censé relancer l'entreprise ontarienne en déclin. Avant de présenter les appareils, il a annoncé que le fabricant changera de nom pour devenir simplement BlackBerry.

Lors de lancements simultanés se déroulant aussi à Toronto, Londres, Paris, Dubaï, Jakarta et Delhi, il a dévoilé les BlackBerry Z10 et Q10, dont la sortie avait été retardée de plusieurs mois. Le prix de vente suggéré du BlackBerry Z10, doté d'un écran tactile, est de 649,99 $ au Canada ou 149,99 $ avec un contrat de trois ans. Un peu plus lourd que l'iPhone 5 et que le Galaxy S III de Samsung, le BlackBerry Z10 offre un écran légèrement plus grand que le téléphone d'Apple. L'appareil devrait être disponible dès mardi au pays et en mars aux États-Unis. La sortie du modèle Q10, qui comporte un clavier physique, est prévue à une date ultérieure.

Les deux téléphones utilisent le nouveau système d'exploitation BlackBerry 10, qui permet de passer d'une application à l'autre sans devoir en fermer une. Il sera possible par exemple d'écouter un film tout en lisant ses courriels, promet BlackBerry.

Parmi les innovations, il y a aussi la fonction « Balance » qui permet de séparer les données, les applications et les ressources des téléphones, selon l'usage qu'on en fait, que ce soit professionnel ou privé. « Nous avons pensé aux gens qui transportent toujours deux appareils », un pour le travail et un pour leur vie personnelle, a expliqué M. Heins lors de la présentation. Les nouveaux téléphones sont maintenant dotés d'une caméra et d'un logiciel de traitement de l'image. De plus, la messagerie instantanée de BlackBerry permet d'échanger des vidéos.

Des marchés à reconquérir

Avec le BlackBerry 10, l'entreprise de Waterloo espère contrer l'effritement de ses parts de marché dans un secteur de plus en plus concurrentiel, dominé par Samsung et Apple. L'an dernier, le fabricant ontarien a vendu 4,6 % des téléphones multifonctions dans le monde. En 2011, sa part de marché était de 10,3 %, d'après les données de la firme IDC.

Le titre de BlackBerry a dégringolé en bourse au cours des dernières années. À la mi-2008, il a approché les 150 $ à la Bourse de Toronto. Mardi, il terminait la séance à 15,71 $ après avoir oscillé autour de 6 $ en septembre dernier. À la mi-séance, le titre perdrait plus de 7 % à 14,59 $.