NOUVELLES
30/01/2013 11:43 EST | Actualisé 01/04/2013 05:12 EDT

Plus de 1,5 md USD d'aide humanitaire promis aux Syriens

Les pays participant à une réunion des donateurs à Koweït ont fait mercredi des promesses d'aide de plus de 1,5 milliard de dollars aux millions de Syriens affectés par 22 mois de conflit sanglant.

"Nous avons dépassé l'objectif", a déclaré sous les applaudissements le chef de l'ONU, Ban Ki-moon, à l'issue de la conférence parrainée par son organisation qui espérait récolter 1,5 milliard de dollars pour assister cinq millions de Syriens à l'intérieur comme à l'extérieur du pays.

"Plus de 1,5 milliard de dollars ont été promis, incluant 184 millions de dollars d'ONG", a-t-il indiqué peu après lors d'une conférence de presse, ajoutant: "le montant exact est en train d'être calculé".

A eux seuls, le Koweït, les Emirats arabes unis et l'Arabie saoudite ont promis chacun 300 millions de dollars lors de cette conférence à laquelle participaient une soixantaine de pays.

En dépit de ce succès, le ministre koweïtien des Affaires étrangères, Khaled al-Ahmad Al-Sabah, a souhaité encore plus de contributions en déclarant que "la porte reste ouverte aux pays qui n'ont pas annoncé d'aide".

M. Ban a assuré que les fonds promis seraient utilisés à bon escient, estimant que la communauté internationale a envoyé un message aux Syriens disant: "Vous n'êtes pas seuls".

Il a renouvelé en outre son appel à toutes les parties en Syrie à arrêter les tueries, estimant que la solution à la crise était "politique" et non militaire.

Selon l'ONU, 60.000 personnes ont été tuées depuis le début du soulèvement contre le régime de Bachar al-Assad en mars 2011. La révolte qui s'est transformée au fil des mois en guerre civile a jeté sur les routes des millions de personnes, dont une partie a fui le pays.

L'ONU s'apprête à lancer un programme massif au profit des quatre millions de Syriens qui ont besoin d'une aide d'urgence à l'intérieur du pays.

L'aide doit aussi bénéficier aux quelque 700.000 Syriens réfugiés dans les pays voisins, dont le nombre devrait atteindre 1,1 million d'ici juin si le conflit ne cesse pas, selon l'ONU.

Le président libanais Michel Sleimane, dont le pays accueille plus de 200.000 réfugiés, a déclaré que Beyrouth avait besoin de 370 M USD, appelant la communauté internationale à "supporter ce fardeau avec le Liban".

Le roi Abdallah II de Jordanie, où sont réfugiés plus de 300.000 Syriens, a souligné que cela "dépassait les capacités et les moyens" de son pays.

Au cours de la conférence, Bahreïn, parent pauvre des monarchies du Golfe, a annoncé une aide de 20 millions USD. L'Allemagne a annoncé donner 10 millions d'euros d'aide humanitaire, en plus des quelque 103 millions déjà versés en 2012.

La Commission européenne a indiqué mardi qu'elle annoncerait au Koweït une aide de 100 millions d'euros, une somme qui s'ajoute aux 100 millions déjà débloqués par Bruxelles.

Les Etats-Unis ont annoncé pour leur part mardi une aide supplémentaire de 155 millions de dollars en faveur des réfugiés, ce qui porte à 365 millions de dollars l'aide humanitaire américaine aux Syriens.

L'ONG française Médecins sans frontières (MSF) a cependant déploré que "l'aide internationale apportée en Syrie souffre d'un grave déséquilibre" au profit des "zones sous contrôle gouvernemental" et au détriment des "zones insurgées".

La responsable des affaires humanitaires de l'ONU Valerie Amos a assuré mercredi que l'aide aux civils était distribuée équitablement.

"Ce n'est pas vrai. Nous travaillons avec un certain nombre de partenaires sur le terrain. Il n'y a pas d'argent qui va directement au gouvernement", a-t-elle déclaré en marge de la conférence de Koweït.

oh/at/mh/vl