NOUVELLES
30/01/2013 09:49 EST | Actualisé 01/04/2013 05:12 EDT

Le pétrole en légère hausse à New York, dans l'attente des stocks de brut US

Le pétrole a ouvert en légère hausse mercredi, dans un marché prudent avant les chiffres hebdomadaires sur les réserves de brut aux Etats-Unis, le premier consommateur d'or noir au monde, mais qui restait porté par un vent d'optimisme sur la demande mondiale.

Vers 14H20 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars s'appréciait de 28 cents à 97,85 dollars, après être monté en cours d'échanges électroniques à 97,93 dollars, au plus haut depuis le 17 septembre, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Le contexte économique encourageant soutient les prix mais l'humeur haussière des courtiers est un peu atténuée par les chiffres de (la fédération professionnelle amricaine) API publiés hier qui laissent entrevoir une hausse des réserves de brut" aux Etats-Unis, peu avant la sortie des chiffres officiels dans la matinée, a estimé Michael Lynch, de Strategic Energy and Economic Research.

Selon l'API, les stocks pétroliers ont enregistré une hausse "nettement plus forte qu'attendu", de 4,2 millions de barils au cours de la semaine précédente, ont précisé les experts de Commerzbank.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le département américain de l'Energie (DoE) devrait faire état d'une hausse de 2,7 millions de barils des stocks américains de brut sur la semaine achevée le 25 janvier.

Les stocks d'essence sont quant à eux attendus en hausse de 200.000 barils, et les réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), très surveillés en hiver, en repli de 900.000 barils.

Du côté des indicateurs économiques, les courtiers digéraient les chiffres du produit intérieur brut américain qui a enregistré au quatrième trimestre son premier recul depuis la fin de la dernière récession en juin 2009, perdant 0,1% en rythme annualisé, après avoir bondi de 3,1% de juillet à septembre.

Toutefois, sur l'année 2012, la croissance américaine s'est accélérée, progressant de 2,2%.

"Mais ce ne sont pas des statistiques considérées comme essentielles car (elles) reflètent une situation déjà inscrite dans le passé", et les investisseurs réfèrent des chiffres tournés vers le futur, a commenté M. Lynch.

Le marché pétrolier était aussi soutenu par "les perspectives d'une confirmation mercredi par la Fed (la banque centrale américaine) qu'elle maintiendra sa politique d'assouplissement monétaire" à l'issue de sa réunion de deux jours débutée mardi, ont observé les analystes de Commerzbank.

En effet, une telle politique rend plus attractifs les actifs jugés risqués, comme les matières premières.

ppa/sl/are