NOUVELLES
30/01/2013 08:44 EST | Actualisé 01/04/2013 05:12 EDT

L'économie américaine s'est contractée de 0,1% au quatrième trimestre

WASHINGTON - L'économie américaine a surpris les analystes en affichant au quatrième trimestre sa première contraction depuis 2009. Cette décroissance est attribuable à la plus importante réduction des dépenses militaires en 40 ans, à une diminution des exportations et à la stagnation des stocks des entreprises.

Les dépenses des consommateurs et les investissements des entreprises ont cependant progressé pendant les mois d'octobre à décembre.

Le département du Commerce a indiqué mercredi que l'économie s'était contractée au taux annuel de 0,1 pour cent au quatrième trimestre. C'est un brusque revirement de situation par rapport au troisième trimestre, qui avait vu une croissance économique de 3,1 pour cent.

Des économistes ont indiqué que la chute du produit intérieur brut n'était pas aussi grave qu'elle en avait l'air. Les faiblesses sont essentiellement le résultat de facteurs non récurrents. Les coupes des dépenses gouvernementales et la plus lente croissance des stocks, qui peuvent être volatiles, ont retranché à elles seules 2,6 points de pourcentage au PIB.

Mais le fait que l'économie se soit contractée, jumelée au recul de la confiance des consommateurs rapportée mardi, pourrait soulever certaines craintes quant à la robustesse de l'économie en 2013. En effet, d'importantes coupes des dépenses gouvernementales dans les secteurs nationaux et de la défense pourraient entrer automatiquement en vigueur dès le mois de mars à moins que le Congrès ne s'entende pour les éviter.

En outre, les Américains commencent à prendre connaissance des hausses des cotisations pour la sécurité sociale, ce qui a réduit le montant de leurs chèques de paie.

Les réductions de dépenses du gouvernement et l'absence de croissance des stocks au quatrième trimestre a annulé l'effet d'une progression de 2,2 pour cent des dépenses des consommateurs. Les dépenses des entreprises pour de l'équipement et des logiciels ont grimpé après avoir diminué au cours de l'été.

Les dépenses des consommateurs ont ajouté 1,5 point de pourcentage au PIB, tandis que les investissements des entreprises ont contribué à hauteur de 1,1 point. Dans les deux cas, il s'agit de meilleures contributions qu'au troisième trimestre.

«Bien franchement, jamais une contraction du PIB américain n'aura si bien paru», a observé Paul Ashworth, économiste pour Capital Economists, dans une note de recherche. «L'impact baissier des dépenses militaires et des stocks ne se reproduira pas. Tout le reste du rapport est encourageant.»

Pour l'ensemble de 2012, l'économie américaine a crû de 2,2 pour cent, ce qui est supérieur à la croissance de 1,8 pour cent qu'elle a affiché en 2011.