NOUVELLES
30/01/2013 05:45 EST | Actualisé 01/04/2013 05:12 EDT

L'économie a pris une pause temporaire, juge la Réserve fédérale des États-Unis

WASHINGTON - La Réserve fédérale des États-Unis a indiqué mercredi que l'économie avait pris une pause ces derniers mois en raison de facteurs temporaires, tout en réaffirmant son engagement à tenter de relancer la croissance en gardant les taux d'intérêt à leur faible niveau dans un avenir prévisible.

La banque centrale américaine n'a annoncé aucune nouveauté au terme de sa rencontre de deux jours. Mais elle a défendu les mesures vigoureuses lancées en décembre pour tenter de réduire le chômage, dans une déclaration émise après sa rencontre.

En décembre, la Fed avait indiqué qu'elle laisserait son taux d'intérêt directeur à court terme à son creux record actuel au moins jusqu'à ce que le taux de chômage recule sous la barre de 6,5 pour cent. Le taux de chômage est actuellement de 7,8 pour cent. La Fed avait en outre affirmé qu'elle continuerait à acheter 85 milliards $ US de bons du Trésor et d'obligations hypothécaires chaque mois pour garder les coûts de l'emprunt à leur faible niveau et encourager les dépenses.

La décision de la Fed de poursuivre son programme de relance était largement attendue et elle n'a pas eu d'impact sur les prix des actions en Bourse ou ceux des obligations.

Plus tôt dans la journée, le département américain du Commerce a annoncé que l'économie s'était contractée de 0,1 pour cent au quatrième trimestre, une surprise pour la plupart des économistes, qui attendaient plutôt une croissance de 1,1 pour cent. Ce premier recul du produit intérieur brut depuis les derniers mois de la Grande Récession était essentiellement attribuable à une forte réduction des dépenses militaires et au fait que les entreprises ont ralenti le rythme de leur achats pour regarnir leurs stocks.

Dans sa déclaration, la Fed a indiqué que «l'activité économique (avait) pris une pause ces derniers mois, largement en raison d'interruptions liées aux conditions météorologiques et à d'autres facteurs transitoires.»

Malgré le ralentissement, la déclaration de la Fed a noté que l'emploi continuait à croître à un rythme modéré et que les dépenses des consommateurs et les investissements d'entreprises s'étaient améliorés, tout comme le secteur de l'habitation. Selon la banque centrale, les problèmes des marchés financiers mondiaux se sont amoindris, mais les risques perdurent.