NOUVELLES
30/01/2013 04:30 EST | Actualisé 31/03/2013 05:12 EDT

Egypte: l'opposition appelle à une réunion d'urgence avec le pouvoir

L'une des figures de proue de la principale coalition de l'opposition égyptienne, Mohamed ElBaradei, a appelé mercredi à une réunion d'urgence avec le président Mohamed Morsi pour tenter de résoudre la crise que traverse le pays.

"Nous avons besoin immédiatement d'une réunion entre le président, les ministres de la Défense et de l'Intérieur, le parti au pouvoir, le courant salafiste et le Front du salut (national, FSN) pour prendre des mesures urgentes afin de mettre fin à la violence et entamer un dialogue sérieux", a dit dans un tweet M. ElBaradei, coordinateur du FSN.

"L'arrêt de la violence est la priorité", a-t-il poursuivi, tout en conditionnant la participation à un "dialogue sérieux" aux "garanties demandées par le Front du salut, en premier lieu un gouvernement de salut national et une commission pour amender la Constitution".

Le président Morsi avait appelé les représentants de l'opposition comme les partis islamistes le soutenant à un dialogue national lundi. Le Front du salut national l'avait alors rejeté en le qualifiant de "vide de sens" et "de façade".

Le Front, qui a appelé à manifester à travers l'Egypte vendredi, réclame notamment que le président assume la responsabilité des violences meurtrières de ces derniers jours et la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Il juge aussi que la Constitution, rédigée par une commission dominée par les islamistes et approuvée par référendum, n'est "pas valide" car, selon lui, non représentative de la population égyptienne et portant atteinte à certains droits fondamentaux.

Le porte-parole du parti Al-Dostour de M. ElBaradei, Khaled Dawoud, membre du FSN, a estimé que l'appel de l'ancien chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) "démentait les déclarations de la présidence selon lesquelles le Front ne veut pas le dialogue".

"Nous cherchons un moyen de sortir de cette (crise) car nous sommes extrêmement préoccupés", a-t-il dit à l'AFP.

M. Dawoud n'a toutefois pas pu dire si l'appel du FSN à manifester vendredi était maintenu.

Des dirigeants du Front vont se réunir en début d'après-midi avec des représentants du principal parti salafiste, Al-Nour, en réponse à une invitation de cette formation islamiste ultraconservatrice à discuter de "la détérioration de la situation".

L'Egypte connaît depuis jeudi soir des violences qui ont fait plus de 50 morts, en très grande majorité à Port-Saïd (nord-est). Les affrontements dans cette ville ont commencé samedi après la condamnation à mort de 21 supporteurs de football locaux.

iba/cr/sw