NOUVELLES
30/01/2013 06:22 EST | Actualisé 01/04/2013 05:12 EDT

Dossier Pétrolia : les Gaspésiens dénoncent la désinformation

Les citoyens, les élus et les écologistes de Gaspé fulminent dans le débat entourant le retrait temporaire de Pétrolia du puits Haldimand numéro 4.

Depuis que la société rimouskoise a annoncé qu'elle y mettait en suspens toute activité pétrolifère, animateurs, éditorialistes et blogueurs sont nombreux à accuser la Ville de vouloir freiner le développement pétrolier. Ces derniers estiment que cette ressource est une richesse pour tous les Québécois.

Les Gaspésiens dénoncent aujourd'hui la désinformation qui teinte maintenant le débat. Une citoyenne engagée, Geneviève Giguère, dénonce pour sa part les propos de l'ex-premier ministre Bernard Landry qui demandait mardi aux écologistes de se montrer plus rationnels.

« Déçue de voir un ancien premier ministre justement poursuivre l'opposition entre les écologistes et le développement », souligne-t-elle.

L'écologiste croit qu'une simple visite à Gaspé de Bernard Landry lui aurait permis de comprendre ce qui a poussé la Ville, avec l'appui de sa population, à vouloir protéger sa source d'eau potable et son environnement.

« J'ai une amie qui entendait une génératrice 24 heures sur 24 à côté de chez elle. Alors qu'on a un territoire terriblement grand qu'on peut exploiter, il y a moyen de faire les choses convenablement », ajoute Geneviève Giguère.

Un blogue qui fait jaser

Pierre Duhamel, de L'Actualité, a commenté le dossier dans son blogue. Son dernier texte intitulé « Gaspé, ou la conception paroissiale du bien commun » a suscité de nombreuses réactions autant en Gaspésie qu'ailleurs au Québec.

« 154 ans plus tard, on a enfin trouvé du pétrole en Gaspésie. On est prêt à l'exploiter. [...] Le maire de Gaspé, François Roussy, ne veut pas de pétrole dans sa cour », écrit Pierre Duhamel.

Une commerçante de Gaspé, Anne Clemens, dénonce la désinformation qui circule. « Que M. Duhamel jette des lignes comme ça, qui était bourrée d'erreurs, ça n'avait pas de bon sens », lance-t-elle.

Plusieurs soulignent qu'il y a une nuance à apporter entre être complètement contre le pétrole et soucieux de protéger l'eau potable.

André Proulx à la radio

Dimanche dernier, l'entrevue du président de Pétrolia, André Proulx, sur les ondes du 98,5 FM, a mis le feu aux poudres.

Animateur : Vous pensez que vous êtes le bouc-émissaire d'une demande de la Ville de Gaspé pour aller chercher de l'argent du gouvernement.
Réponse André Proulx : On est convaincu de ça.

Le maire de Gaspé, François Roussy, a fortement réagi aux propos du président de Pétrolia.

Selon François Roussy, Pétrolia souhaitait reprendre les pourparlers avec la Ville, mais tous ces commentaires enveniment le climat et compliquent les rapprochements.