NOUVELLES
30/01/2013 08:41 EST | Actualisé 01/04/2013 05:12 EDT

Boeing: bénéfice 2012 en baisse mais meilleur qu'attendu

Le constructeur aéronautique américain Boeing a publié mercredi un bénéfice en baisse pour 2012 et le quatrième trimestre, notamment à cause d'un bond de ses coûts de production, mais il dépasse les attentes de Wall Street dans les deux cas.

Le bénéfice 2012 est ressorti à 3,9 milliards de dollars, en baisse de 2,5% sur un an, soit 5,88 dollars par action hors éléments exceptionnels, alors que les analystes n'attendaient que 5,01 dollars.

Le chiffre d'affaires annuel a progressé de 19% à 81,7 milliards de dollars grâce à une augmentation des livraisons d'avions, un cheveu en-dessous des attentes de Wall Street.

Au quatrième trimestre le bénéfice a chuté de 42% à 978 millions de dollars, également supérieur aux prévisions. Le chiffre d'affaires a augmenté de 14% à 22,30 milliards de dollars, un tantinet en deçà des 22,36 milliards anticipés par les analystes.

"Une performance solide au quatrième trimestre a clôturé une année de solide croissance", a commenté le PDG de Boeing Jim McNerney, cité dans le communiqué.

Pour l'année en cours, le groupe mise sur un bénéfice par action hors éléments exceptionnels de 6,10 à 6,30 dollars, là où les analystes n'anticipaient pour l'instant que 5,13 dollars en moyenne.

En revanche la prévision de chiffre d'affaires est décevante: le groupe mise sur 81 à 85 milliards de dollars là où les analystes anticipaient jusqu'alors 88,2 milliards.

Dans son communiqué, Boeing précise que "ces prévisions ne prennent en compte aucun impact financier de la directive de la FAA", l'autorité américaine de l'aviation, qui a interdit de vol les Boeing 787 aux Etats-Unis le 17 janvier à la suite de deux débuts d'incendie sur des batteries dans ce long courrier.

La décision de la FAA s'est traduite par un maintien au sol de l'ensemble de la flotte mondiale des 787.

Boeing depuis a maintenu inchangée sa production de 787, mais a suspendu les livraisons des nouveaux appareils aux clients. Si l'interdiction de vol se prolonge, cela pourrait donc avoir un impact financier important sur son chiffre d'affaires.

"Notre première priorité pour 2013 est de résoudre le problème de batterie sur le 787 et de remettre ces avions en service en toute sécurité", a indiqué M. McNerney.

ved/sl/sam