NOUVELLES
29/01/2013 12:45 EST | Actualisé 31/03/2013 05:12 EDT

USA: le gouvernement révèle mercredi l'ampleur du ralentissement économique

Le gouvernement américain doit révéler mercredi l'ampleur du ralentissement de la croissance économique des Etats-Unis pendant l'automne.

Le département du Commerce publiera à 13h30 GMT sa première estimation du produit intérieur brut (PIB) du pays pour le quatrième trimestre 2012 et l'ensemble de l'année écoulée.

Selon la prévision médiane des analystes, le ministère devrait annoncer une croissance de 1,0% en rythme annualisé d'octobre à décembre, soit nettement moins que pendant les trois mois d'été (+3,1%).

S'ils ont vu juste, la croissance officielle annuelle des Etats-Unis devrait apparaître alors à 2,4%, soit sensiblement plus qu'en 2011, où elle n'avait été que de 1,8%.

Parmi les économistes qui prédisent le chiffre le plus faible, ceux du cabinet IHS Global Insight, estiment que la croissance n'a été que de 0,3% pendant les trois mois de l'automne.

"Ce n'est pas aussi mauvais que cela en a l'air, et cela n'est pas signe d'une économie au bord de la récession", préviennent-ils.

Ils rappellent notamment que le taux de croissance du troisième trimestre avait été dopé par une accélération de la production stockée et une poussée des dépenses publiques en matière de défense sans commune mesure depuis longtemps.

Par contrecoup, estiment-ils, la baisse des stocks et des dépenses de défense devrait avoir coûté 1,7 point de croissance au pays au quatrième trimestre, mais "il devrait y avoir de bonnes nouvelles (...) notamment en ce qui concerne l'investissement des entreprises, qui devrait avoir rebondi après sa chute du troisième trimestre".

Les économistes de BMO Marchés des capitaux, dont la prévision (+1,5%) se situe dans le haut de la fourchette des analystes, estiment que la perte de vitesse de l'économie au troisième trimestre découle des mêmes facteurs que ceux mentionnés par leurs collègues d'IHS Global Insight, mais aussi des "perturbations provoquées par l'ouragan Sandy", qui a frappé le nord-est du pays dans les derniers jours d'octobre.

Ils notent aussi l'effet d'une "baisse des exportations due en partie à une intensification de la récession en Europe".

Selon eux, la croissance devrait avoir été portée par une accélération de la consommation et un rebond de l'investissement, ainsi que par la construction de logements, et les chiffres du ministère devraient donner des raisons d'espérer dans la mesure où, exception faite des facteurs saisonniers, la croissance sous-jacente devrait apparaître "proche du potentiel du pays, à 2,5%".

Le cabinet Macroeconomic Advisers, spécialisé dans les enquêtes prospectives, partage cet optimisme. Selon lui, "la croissance du PIB s'améliorera rapidement au premier trimestre 2013 pour atteindre 2,6%".

Ils estiment que la baisse récente du nombre de nouveaux chômeurs et l'orientation générale des indicateurs économiques, rappelée jeudi par la nette hausse de l'indice composite du Conference Board pour décembre, sont les signes avant-coureurs de cette amélioration.

mj/sl/lor