NOUVELLES
29/01/2013 07:12 EST | Actualisé 31/03/2013 05:12 EDT

Tunisie: échanges de tirs avec des salafistes, deux policiers blessés (sources)

Deux agents des forces de sécurité tunisiennes ont été blessés lors d'un échange de tirs avec des salafistes jihadistes présumés au cours d'une opération spéciale dans la nuit de lundi à mardi à Kasserine (centre-ouest), a appris l'AFP auprès de sources policières.

"L'opération spéciale visait trois personnes soupçonnées d'appartenir à un groupe salafiste", a indiqué sous le couvert de l'anonymat un haut responsable des forces de sécurité à Kasserine.

Au cours de cette opération dans la cité El Zouhour de Kasserine, l'un des suspects a été appréhendé mais ses deux complices ont ouvert le feu blessant deux agents dont l'un grièvement à la jambe et à la hanche. Ce dernier a été hospitalisé à Tunis et les trois salafistes présumés ont pu prendre la fuite abandonnant un fusil d'assaut de type Kalachnikov.

Des patrouilles et des opérations "de ratissage" sont en cours dans la région pour les retrouver, selon la même source. Contacté par l'AFP, le ministère de l'Intérieur a refusé de commenter ces informations.

Selon une source au sein de la garde nationale, s'exprimant aussi sous couvert d'anonymat, les trois salafistes présumés seraient liés au groupe que les forces tunisiennes ont pourchassé pendant une dizaine de jours dans la région de Kasserine, à la frontière algérienne, courant décembre.

Fin décembre, les autorités tunisiennes avaient annoncé l'arrestation dans cette zone de seize hommes appartenant à un groupe lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), et que 18 personnes étaient encore recherchées.

La Tunisie, depuis la révolution de janvier 2011, est devenue de l'aveu même des autorités, une zone de transit pour le trafic d'armes libyennes à destination de groupes jihadistes.

Par ailleurs, onze Tunisiens faisaient partie du commando de la prise d'otages d'In Amenas, dans l'est de l'Algérie, à la frontière libyenne et à 300 km au sud de la Tunisie.

La mouvance salafiste est responsable de plusieurs attaques dans le pays depuis la révolution. La principale a visé l'ambassade des Etats-Unis à Tunis, faisant quatre morts parmi les assaillants le 14 septembre 2012.

str-alf/kl/sw