DIVERTISSEMENT
29/01/2013 08:44 EST | Actualisé 30/01/2013 10:24 EST

T'es important pour nous : un site web dérivé de Yamaska pour prévenir le suicide

T'es important pour nous

« Tu es important pour nous et le suicide n’est pas une option. » Voilà le message que veulent crier haut et fort l’équipe du téléroman Yamaska et ses auteurs, Anne Boyer et Michel d’Astous. En collaboration avec l’Association québécoise de la prévention du suicide (AQPS), la maison de production multimédia Les Affranchis et le réseau TVA, les deux créateurs ont lancé, lundi, le tout nouveau site web www.tesimportant.com, un portail visant à venir en aide aux personnes vulnérables, à leurs proches et aux endeuillés du suicide. Cet outil s’accompagnera d’une campagne publicitaire diffusée sur les ondes de TVA au cours des deux prochaines semaines.

C’est en brodant l’intrigue autour de Samuel (Marc-Olivier Lafrance), un adolescent aux prises avec un profond mal de vivre, qu’Anne Boyer et Michel d’Astous ont réalisé l’ampleur du fléau qu’est devenu le suicide au fil des ans. Chaque jour, seulement au Québec, trois personnes s’enlèvent la vie, pour un total de 1100 suicides par année. Du coup, ce sont quelques 11 000 individus qui se retrouvent affectés par la perte d’un proche. Ces chiffres sont énormes et, afin d’être certains de bien servir la cause, les auteurs ont fait appel à l’AQPS pour, entre autres, dépeindre la tentative de suicide de Samuel avec doigté. Très interpellés par le sujet, ils se sont ensuite impliqués dans la conception du site web et des capsules télévisées.

« Ce n’est pas nécessaire d’avoir perdu quelqu’un pour vouloir changer les choses, a souligné Anne Boyer, très émue lors du dévoilement du projet. Le suicide est une solution permanente à un problème temporaire et, pourtant, on a encore peur d’en parler. C’est tabou. On voulait absolument trouver une façon de rejoindre les gens pour leur dire de se confier à quelqu’un quand ça ne va pas. »

En cliquant au www.tesimportant.com, les jeunes et moins jeunes (le taux de suicide est particulièrement élevé chez les hommes de 35 à 65 ans) qui en ressentent le besoin pourront exprimer leurs idées noires sous un pseudonyme ou encore témoigner en mémoire d’un ami ou d’un parent disparu. Tous les propos exprimés sur la page sont modérés par des professionnels, et ceux qui semblent fragiles sont aussitôt référés à des sources d’aide reconnues. De courts dessins animés et une section consacrée aux mythes et réalités viennent compléter cet espace web coloré, vivant et interactif, élaboré avec soin par les artistes des Affranchis.

S’accrocher à la vie

Au petit écran, ce sont les comédiens Normand D’Amour, Chantal Fontaine et Gabriel Maillé, tous membres de la distribution de Yamaska, de même que Lise Dion, porte-parole de Suicide Action Montréal, qui s’adresseront à nous pour convaincre les gens en détresse de s’ouvrir. Les yeux fixés sur la caméra, chacun y relatera une expérience personnelle reliée au suicide.

Autant dans ces publicités que sur le site web, une épingle à linge, marquée du slogan T’es important pour moi, sera mise à l’avant-plan, pour symboliser qu’on doit « s’accrocher à la vie ». Une image forte, qui sera utilisée pendant au moins un an sur la toile, mais qu’on compte bien exploiter sur d’autres tribunes par la suite.

« Les auteurs de Yamaska font preuve d’un bel engagement social en donnant la parole à ceux qui souffrent et ceux qui restent, a spécifié Bruno Marchand, directeur général de l’AQPS. Le suicide a un caractère individuel. La personne souffre et ne se rend pas compte de sa valeur. Mais collectivement, ce sont près de 350 000 québécois qui sont touchés annuellement, soit par des pensées sombres, soit par le deuil de quelqu’un, ou qui décident de passer à l’acte. Le jour où il y aura plus de gens conscientisés, notre communauté arrêtera graduellement de s’appauvrir. »

La Semaine nationale de prévention du suicide se tiendra du 3 au 9 février prochain. Pour plus d’informations, on visite le www.aqps.info. Quant au téléroman Yamaska, il est diffusé le lundi à 20h, sur les ondes de TVA. Une web-série dérivée de l’émission et s’adressant aux jeunes, YAM, peut également être visionnée au www.tva.canoe.ca/yamaska/webserie.