NOUVELLES
29/01/2013 09:28 EST | Actualisé 31/03/2013 05:12 EDT

Ravens: Anquan Boldin est un dur aux mains agiles qui intimide ses adversaires

LA NOUVELLE-ORLÉANS - Kurt Warner frissonne encore quand il pense au plaqué casque-contre-casque encaissé par Anquan Boldin en 2008 dans un match face aux Jets de New York.

Évoluant à l'époque avec les Cardinals de l'Arizona, Boldin avait tenté de capter une passe de Warner dans la zone des buts et avait perdu connaissance à la suite d'une collision sévère avec Eric Smith.

«C'était le plaqué le plus sévère que j'avais jamais vu d'aussi près, a raconté Warner, mardi. Ça m'a fait penser à la retraite.»

Boldin avait raté seulement deux semaines de jeu, ce qui rend hommage à sa persévérance et sa volonté. Cependant, le receveur de six pieds un pouce et 220 livres veut être reconnu comme étant plus qu'un simple receveur.

«Je me dis que je suis un joueur de football, a expliqué Boldin. Pas qu'un simple receveur.»

Boldin a joué un rôle clé dans la poussée des Ravens de Baltimore vers le Super Bowl. Après avoir mené les Ravens avec 65 attrapés et 921 verges de gains au cours de la saison régulière, il a réussi 16 attrapés pour 276 verges de gains et trois touchés depuis le début des éliminatoires.

C'est pourquoi les 49ers de San Francisco devront trouver le moyen de neutraliser Boldin s'ils veulent remporter le Super Bowl.

«Il tient vraiment à guider son équipe vers le championnat, a déclaré le demi de sûreté des 49ers Donte Whitner. Il peut sauter bien haut pour capter des ballons et il a la vitesse pour se rendre derrière les joueurs et capter des ballons. Il est fort après l'attrapé, sans peur. Nous aurons les mains pleines avec lui dans notre chemin.»

Si le quart des Ravens Joe Flacco a besoin d'un attrapé pour un premier essai dans une situation importante dimanche, il va peut-être faire ce que Warner a souvent fait à l'époque où il pouvait compter sur Boldin.

«Quand nous avions besoin d'une étincelle, le premier gars que je regardais, c'était le numéro 81, s'est remémoré Warner. Car il va réussir ces jeux pour nous. Si vous alliez à la guerre, c'est le premier gars sur qui vous voudriez compter dans votre équipe puisque vous savez qu'il ne va pas craquer sous la pression. Il va plutôt lever son niveau et être à son meilleur lors des moments critiques dans la rencontre.»

Lors de la saison 2008, Boldin avait capté huit passes pour 84 verges de gains lors du Super Bowl, mais les Cardinals avaient perdu 27-23 face aux Steelers de Pittsburgh.

De retour au Super Bowl, Boldin n'a pas l'intention de perdre à nouveau.

«Vous ne voulez pas quitter sans avoir soulevé le trophée, a-t-il dit. C'est quelque chose qui reste avec vous. Pour moi, c'est comme ça depuis ce jour. Je suis content d'être de retour et d'avoir la chance de changer les choses.»