NOUVELLES
29/01/2013 09:02 EST | Actualisé 31/03/2013 05:12 EDT

Haïti: l'ONU encourage les Haïtiens à trouver un pacte de gouvernance

Le représentant spécial en Haïti de l'ONU, le Chilien Mariano Fernandez, a appelé mardi les acteurs politiques haïtiens à trouver un pacte de gouvernance pour maintenir la stabilité politique dans le pays.

Dans un entretien avec l'AFP, le chef de la Mission de stabilisation de l'ONU en Haïti (Minustah) a déploré l'incapacité des acteurs politiques à travailler ensemble.

"Il y a l'absence d'un esprit grégaire dans ce pays", a-t-il regretté faisant allusion aux difficultés rencontrées dans la mise en place d'un Conseil électoral pour la tenue des élections.

Ces élections qui concernent 10 sièges au Sénat (sur 30), devaient être organisées en 2012 mais elles ont été retardées en raison de désaccord entre les différentes forces politiques sur la formation de l'institution responsable d'organiser ces élections.

Mi-janvier, le président Michel Martelly s'est engagé à la tenue d'élections "libres et démocratiques" au cours de l'année.

M. Mariano Fernandez a appelé les acteurs politiques haïtiens à faire un effort soulignant que l'incapacité d'organiser des élections à temps n'offrait pas "d'indicateurs positifs pour les étrangers qui souhaitent investir en Haïti".

L'envoyé spécial a cependant reconnu des avancées politiques dans le pays au cours de ces deux dernières années.

"Il y a un processus politique assez dynamique en Haïti. Après 19 mois passé ici, je peux constater des avancées remarquables dans l'état de droit: un président élu a succédé à un président sortant, la Constitution a été amendée, des institutions comme le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire ont été mises en place", a-t-il énuméré.

"Mais depuis la deuxième moitié de 2012, on est entré dans une polarisation politique très néfaste pour le pays", a-t-il ajouté.

Sur le plan des droits de l'homme, M. Mariano Fernandez a dénoncé des "situations inacceptables" comme la question de la détention préventive prolongée et les conditions de vie des prisonniers.

cre/rap