NOUVELLES
28/01/2013 05:04 EST | Actualisé 31/03/2013 05:12 EDT

«Star Wars, La Guerre des étoiles»: J.J. Abrams saura-t-il lui insuffler un nouvel élan?

Getty Images
BEVERLY HILLS, CA - DECEMBER 06: JJ Abrams arrives for the Children's Defense Fund-California 22nd Annual 'Beat the Odds' Awards at Beverly Hills Hotel on December 6, 2012 in Beverly Hills, California. (Photo by Toby Canham/Getty Images)

LOS ANGELES, États-Unis - Cela peut sembler un sacrilège pour certains admirateurs de «La Guerre des étoiles», mais compter sur J.J. Abrams pour réaliser «Épisode VII» pourrait représenter un souffle bénéfique pour la franchise.

George Lucas disait, lors de l'annonce, vendredi, avoir été souvent impressionné par le talent de conteur et de réalisateur de J.J. Abrams — cocréateur de la télésérie «Lost» et réalisateur du film «Star Trek» sorti en 2009 —, et que l'oeuvre ne pourrait pas être en de meilleures mains.

Son travail sur «Star Trek» peut certainement fournir des indices sur l'allure que prendra la suite de «La Guerre des étoiles». J.J. Abrams avait sans nul doute visé à plaire au plus grand nombre possible en demeurant fidèle à la mythologie «Star Trek» tout en brassant les cartes de la franchise.

Le film avait obtenu des recettes de près de 386 millions $ à travers le monde et la suite, la production 3D «Star Trek Into Darkness», doit prendre l'affiche en mai.

Certains admirateurs avaient été charmés par son audace, tandis que des puristes avaient déploré les libertés prises par le réalisateur. Et cela pourrait s'avérer aussi dans le cas de de l'«Épisode VII» de «La Guerre des étoiles», en 2015, étant acquis la charge émotive liée à une telle franchise.

Le «Super 8» de J.J. Abrams de 2011 peut aussi être vu comme un exemple éloquent de son attachement au merveilleux qui peut accompagner les meilleures expériences de science-fiction. Son hommage aux productions de Steven Spielberg de la fin des années 1970 et 1980 est rempli de l'innocence de l'enfance et de l'excitation de raconter une histoire.

Et comme il a démontré par ces films, de même que par sa contribution à «Mission: Impossible III» en 2006, il sait comment orchestrer une scène d'action. Il a aussi oeuvré avec la boîte Industrial Light & Magic de George Lucas pour la post-production de tous les films qu'il a réalisés.

Il est toutefois un homme occupé ces jours-ci, de par la multitude de ses projets par l'entremise de sa compagnie de production Bad Robot. Parmi ces productions figurent un film biographique sur le champion cycliste en disgrâce Lance Armstrong et la série télé post-apocalyptique «Revolution».

The Walt Disney Company a publié un communiqué tard vendredi soir confirmant les rumeurs qui circulaient depuis deux jours selon lesquelles M. Abrams avait été choisi pour réaliser le septième volet de la saga.

Le scénario sera rédigé par Michael Arndt, l'homme derrière le script de «Toy Story 3». Lawrence Kasdan, qui a écrit «The Empire Strikes Back» et «Return of the Jedi», agira comme consultant.

Lucasfilm a été acheté par Disney le mois dernier pour la somme de 4,06 milliards $.

Les premiers épisodes en 3D: pas une priorité

Lucasfilm a par ailleurs annoncé lundi le report des sorties prévues l'automne prochain en 3D des épisodes deux et trois pour se concentrer sur «La Guerre des étoiles: Épisode VII».

INOLTRE SU HUFFPOST

Première mondiale de Star Wars Identités