NOUVELLES
29/01/2013 11:44 EST | Actualisé 31/03/2013 05:12 EDT

Deux personnes disparues à la suite d'un affaissement de terrain à L'Épiphanie

L'ÉPIPHANIE, Qc - Deux travailleurs, un homme et une femme, manquaient toujours à l'appel, mardi soir, à la suite d'un effondrement de terrain survenu dans une carrière de L'Épiphanie, dans Lanaudière.

Deux camions benne ainsi qu'une excavatrice ont été emportés, vers 10h45, lorsqu'une paroi argileuse de la carrière Maskimo, sur le rang de l'Achigan, a cédé.

Un travailleur a réussi à s'extirper de la cabine de la pelle excavatrice dans laquelle il se trouvait. Après avoir passé plusieurs minutes dans le cratère, il a finalement été secouru vers 12h20 grâce à l'intervention d'un hélicoptère de la Sûreté du Québec (SQ), avant d'être transporté à l'hôpital où ses blessures sont traitées.

Un autre hélicoptère se trouvait également sur place et était utilisé pour fournir à des géologues une vue d'ensemble de la structure du terrain, afin d'en évaluer la dangerosité.

Les équipes de sauvetage ont été en mesure d'atteindre la cabine de l'un des camions benne ensevelis, mais celle-ci était vide.

Les recherches ont été interrompues en soirée, le sol n'étant pas assez sûr à cet endroit pour y descendre la machinerie lourde, a indiqué le sergent Benoît Richard de la SQ.

Selon le sergent Bruno Marier, du service de police de Repentigny, les recherches devraient reprendre en matinée, mercredi, après que les différents intervenants eurent évalué la solidité des lieux et établi une procédure sécuritaire, les équipes de secours pourront commencer à pelleter la boue.

Plus tôt, M. Richard a souligné que l'accès au cratère était très difficile parce que l'effondrement avait rendu le terrain «impraticable» pour les secours.

Selon M. Richard, une centaine de personnes, y compris des sauveteurs et géologues, mais également des spécialistes en glissements de terrain, des représentants de la Commission de santé et sécurité au travail (CSST), des pompiers et d'autres responsables sont sur les lieux de la catastrophe.Denis Lévesque, maire de la paroisse de L'Épiphanie, a pour sa part dit être choqué.

Les autorités se sont montrées prudentes quant aux causes du glissement de terrain. Toutefois, le géologue Denis Robitaille, du ministère Sécurité publique du Québec, a indiqué que les opérations d'excavation, de manipulation de sol et de surchage au-dessus de la couche argileuse sont «à l'origine de la rupture.»

Maskimo Construction oeuvre dans le milieu des infrastructures routières depuis plus de 50 ans. L'entreprise, dont le siège social est à Trois-Rivières, exploite plus de 20 sites de matières premières.