NOUVELLES
28/01/2013 03:53 EST | Actualisé 30/03/2013 05:12 EDT

WhatsApp a violé les règles sur la vie privée au Canada

TORONTO - L'application de clavardage mobile WhatsApp a violé les règles canadiennes sur la vie privée et devra être mise à jour afin de s'y soumettre complètement, a affirmé lundi le bureau de la commissaire à la protection de la vie privée du Canada.

Le bureau de Jennifer Stoddart a mené une enquête conjointe avec l'Autorité néerlandaise de la protection des données. L'investigation a permis de déterminer que les données personnelles des utilisateurs auraient été mal protégées par le développeur californien de l'application.

WhatsApp est une application multiplateforme qui offre la possibilité d'échanger des messages instantanés par Internet sur divers appareils mobiles.

Il a été établi que l'application avait enfreint les lois néerlandaise et canadienne sur le traitement des renseignements personnels — entre autres, WhatsApp stockait indéfiniment des numéros de téléphone, ce qui est illégal dans les deux pays.

Les enquêteurs ont par ailleurs découvert que les messages des utilisateurs étaient transmis sans cryptage, ce qui les rendait vulnérables à d'éventuelles interceptions de pirates informatiques, surtout sur les réseaux sans fil.

La commissaire Jennifer Stoddart a indiqué par voie de communiqué que WhatsApp avait apporté depuis des modifications à son application, en plus de s'engager à en apporter d’autres afin de mieux protéger les renseignements personnels de ses utilisateurs.

Mais il reste encore du chemin à faire, ont précisé Mme Stoddart et son homologue néerlandais.

«L’enquête a révélé que les utilisateurs de WhatsApp — sauf les utilisateurs de l’iPhone ayant le logiciel iOS6 — n’ont d’autre choix que de permettre l’accès à la totalité de leur carnet d’adresses pour pouvoir utiliser l’application», a spécifié Jacob Kohnstamm, président de l'Autorité néerlandaise de la protection des données. «Cette absence de choix va à l’encontre des lois néerlandaise et canadienne sur la protection de la vie privée.»

Tous ceux qui ont téléchargé WhatsApp, qu’ils soient ou non des utilisateurs actifs, devraient utiliser la version la plus récente pour bénéficier de cette amélioration sur le plan de la sécurité, a prévenu le bureau de la commissaire.

PLUS:pc