NOUVELLES
28/01/2013 01:57 EST | Actualisé 30/03/2013 05:12 EDT

Trois morts et six blessés dans des attentats en Irak

Trois personnes ont été tuées et six autres blessées lundi en Irak, au moment où les pays est plongé dans une grave crise politique, a-t-on appris auprès de sources médicales et sécuritaires.

Lors de deux attentats distincts survenus à Bagdad, des inconnus ont tué le garde du corps d'un député chiite ainsi qu'un soldat. Un autre soldat a été blessé.

A Kirkouk, une ville à 240 km au nord de la capitale que se disputent la région autonome du Kurdistan et le gouvernement fédéral de Bagdad, un responsable local a péri dans un attentat à la bombe.

Un autre attentat à la bombe a blessé trois personnes à Baladrouz, dans la province de Diyala, également au nord de Bagdad.

Et dans la ville majoritairement sunnite de Falloujah, à l'ouest de la capitale, un tir de roquette a blessé deux soldats.

Ces attentats n'ont pas été revendiqués, mais les groupes extrémistes sunnites visent régulièrement les forces de sécurité, les responsables politiques irakiens et la communauté chiite.

Si elles ont largement baissé en intensité depuis les années sombres 2006-2008, les violences restent quotidiennes en Irak.

Ces nouvelles attaques surviennent sur fond de pressions accrues sur le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki, contesté depuis un mois par des manifestations organisées par la minorité sunnite à trois mois d'élections provinciales cruciales.

Les manifestants réclament la libération de prisonniers détenus d'après eux sans inculpation et exigent l'abrogation de lois antiterroristes utilisées, selon eux, à l'encontre de la communauté sunnite par le gouvernement Maliki.

bur-ln/psr/gde/tg/cnp