NOUVELLES
28/01/2013 06:41 EST | Actualisé 30/03/2013 05:12 EDT

Les troupes maliennes sont entrées dans Tombouctou

SEVARE, Mali - Les forces maliennes sont entrées à Tombouctou lundi après que les rebelles islamistes liés à Al-Qaïda eurent incendié une bibliothèque contenant des milliers de manuscrits anciens et pris la fuite dans le désert.

Le porte-parole de l'armée française, le colonel Thierry Burkhard, a déclaré depuis Paris qu'il n'y avait eu aucun combat avec les extrémistes qui dirigeaient Tombouctou depuis 10 mois, mais que les troupes ne contrôlaient pas encore la ville.

Selon M. Burkhard, des parachutistes français ont atterri au nord de la cité alors que les forces terrestres sont arrivées au sud. Il a ajouté que la présence d'hélicoptères avait été décisive dans la réussite de l'opération.

La France a indiqué que les soldats maliens devaient maintenant terminer la conquête de Tombouctou. Mais ces derniers ont généralement peu brillé sur le champ de bataille par le passé, battant souvent en retraite devant des combattants islamistes bien armés et aguerris.

L'intervention militaire dirigée par l'armée française contre les extrémistes, qui ont pris le pouvoir dans le nord du Mali l'an dernier, s'est amorcée il y a deux semaines lorsque les insurgés ont commencé à gagner du terrain dans le sud du pays.

Samedi, les troupes françaises ont mis la main sur des installations importantes à Gao, dans le nord-est. Dimanche, elles ont pris l'aéroport de Tombouctou sans coup férir et toutes les routes menant à la ville.

«Une opération menée la nuit dernière nous a permis de contrôler l'accès à la ville», a indiqué lundi le colonel Burkhard. «C'est maintenant aux forces maliennes de la reconquérir.»

Par ailleurs, le maire de Tombouctou, Ousmane Halle, a confirmé à l'Associated Press que les rebelles avaient mis le feu à son bureau et à l'Institut Ahmed Baba, une bibliothèque contenant des documents historiques, avant de s'enfuir.

Longtemps considérée comme un centre de savoir islamique, la ville abrite quelque 20 000 manuscrits dont certains datent du XIIe siècle. Il n'a pas été immédiatement possible de déterminer lesquels avaient été brûlés.

Tombouctou se trouve à 1000 kilomètres au nord de la capitale malienne, Bamako. Les insurgés y ont détruit de nombreux sites inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO, dont le tombeau de Sidi Mahmoudou, un saint soufi mort en 955.

Un porte-parole des rebelles a expliqué que ces lieux contrevenaient aux principes de l'islam en encourageant les fidèles à vénérer des saints plutôt que Dieu.